La pensée à méditer du 29 novembre 2017

___________________________________________________________________________________________________________________________

Ne nous laissons pas corrompre !

1 Samuel 21.2 - David répondit au sacrificateur Achimélec : Le roi m’a donné un ordre et m’a dit : Que personne ne sache rien de l’affaire pour laquelle je t’envoie et de l’ordre que je t’ai donné. J’ai fixé un rendez-vous à mes gens.

Malgré ce que nous disions hier sur David, ce passage est une bien sombre histoire. David fuit le roi Saül qui veut le tuer. David ment au sacrificateur pour obtenir de la nourriture et celui-ci lui donne des pains de proposition. Comme le dira Jésus, seuls les prêtres pouvaient manger ces pains de proposition, dans un lieu saint, quand ils étaient retirés et remplacés par d’autres le jour du sabbat (voir Matthieu 12.3 et 4 et Lévitique 24.5 à 9).

Jusqu’à il y a peu, puisque Jésus « justifiait » ce geste, je pensais que c’était une bonne chose mais au regard des conséquences (quatre-vingt-cinq hommes portant l’éphod assassinés et la ville de Nob passée au fil de l’épée – 1 Samuel 22.16 à 19), j’ai médité sur ce passage et voici ma réflexion.

Achimélec ne pouvait pas donner ces pains à David même s’il avait de l’affection pour lui. En agissant ainsi, il transgressait la Loi de Dieu et si nous lisons le verset 1 de notre chapitre, nous nous rendons compte qu’il était effrayé. La peur est toujours très mauvaise conseillère. David l’a trompé et il s’est laissé corrompre.

Mes bien-aimés, n’acceptez jamais de vous corrompre pour quelqu’un, même s’il a « l’onction royale ». Ne vous laissez pas tromper par l’affection ou la crainte. David n’a subit aucune conséquence de son acte même s’il va en endosser la responsabilité (1 Samuel 22.22). Je sais, c’est difficile de comprendre le pourquoi, mais c’est ainsi.

Quelle que soit son onction, un homme de Dieu reste un homme et il peut « déraper ». Dans son dérapage, il peut entraîner à sa suite beaucoup de personnes qui lui vouaient une confiance aveugle. Je ne suis pas en train de dire qu’il faille vivre sans cesse dans la suspicion, mais dans « la veille » certainement que oui. Si vous « portez aux nues » un ministère, vous le mettez en danger et vous vous mettez en danger aussi, car l’Éternel ne donnera sa gloire à personne (Ésaïe 42.8).

A vrai dire, le seul qui soit digne de notre confiance absolue, c’est le Seigneur Lui-même. Nous pouvons être reconnaissants pour les hommes que Dieu suscite et bénéficier de ce qu’Il leur a donné, mais n’oublions jamais qui est l’Auteur de la source de bénédictions et laissons-nous interpeller par cette petite voix qui nous dit : « Sois prudent » !

Mes frères et sœurs dans le service, veillez à ne pas être idolâtrés ! N’attirez pas les gens vers vous mais vers le Seigneur. Effacez-vous devant sa majesté. Faite vôtre la « prière » de Jean le Baptiste : « Il faut qu’Il grandisse, et que moi, je diminue » (Jean 3.30).

Bonne réflexion

Ezéchiel 37 Ministères © Novembre 2017

____________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

 

 
___________________________________________