La pensée à méditer du 6 octobre 2017

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plagiat !

1 Corinthiens 4.15 - Car, quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n’avez cependant pas plusieurs pères, puisque c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l’Evangile.

 

Vous connaissez certainement déjà le mot « plagiat » dont la signification est : Acte de quelqu'un qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu'il a pris à l'œuvre d'un autre.

Qu’on le veule ou pas, c’est une façon en fait de tromper les gens. C’est néanmoins, une pratique courante dans ce monde mais qu’en est-il de nous chrétiens ?

C’est malheureusement quelque chose qui se fait très souvent dans le monde chrétien et cela dans beaucoup de domaines. Que ce soit pour les écrits, les chants, les prédications même… certains chrétiens utilisent l’œuvre d’un autre et s’en approprient la « paternité ». Ce n’est pas nouveau, déjà Paul devait revendiquer la paternité sur les fruits de son ministère parce que d’autres voulaient prendre à leur compte les résultats de son travail.

Certains répondront : Tout ce qui est fait pour Dieu appartient à Dieu ! Oui, c’est exact ! Les choses sont faites pour Dieu et quand nous œuvrons pour Lui, notre seul désir devrait être qu’Il soit élevé et glorifié. Le même désir se retrouve-t-il chez ceux qui plagient ?

Dieu se plaît à utiliser des hommes et des femmes pour faire son œuvre et si Dieu ne voulait pas que les noms de ses serviteurs et servantes soient mentionnés, la Bible ne mentionnerait aucun nom de ceux qui ont fait des exploits en Son nom.

Nous parlions de vision récemment. Des hommes et des femmes ont reçu de la part du Seigneur, une vision, une direction, un talent… Combien vont essayer de s’accaparer cette vision à leur profit ? Cela peut se passer au sein d’une communauté, d’une association ou encore sur le net !

Mes bien-aimés, il est important de voir quelles sont nos réelles motivations ? Si un écrit nous a touché, parlé, encouragé… pourquoi ne pas mentionner l’auteur ? Posons-nous la question ! Il faut appeler un chat un chat : S’attribuer une chanson, une œuvre, une vision, un écrit… quel qu’il soit, cela s’appelle user de tromperie.

C’est peut-être donc le temps pour chacun d’entre nous de revoir nos motivations.

Bonne réflexion.

Ezéchiel 37 Ministères © Août 2015

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

 

 
___________________________________________