La pensée à méditer du 12 janvier 2019

OU EST TON CŒUR ?

Matthieu 6.21

 

 

Nous évoluons dans un monde où l'argent a pris une énorme place. Beaucoup de relations s'en trouvent ainsi tronquées, l'argent et l'intérêt étant la prédominance. Un triste constat mais pourtant bien réel. Mais qu'en est-il de nous chrétiens ?

Le constat est malheureusement trop souvent le même. L'argent est un sujet devenu tabou et le simple fait d'en parler fait souvent déjà dresser les poils sur nos bras. Bien évidemment s'il s'agit de donner car... quand il s'agit de recevoir, là on peut librement et allègrement en parler.

Les êtres humains, chrétiens compris, sont prêts à beaucoup de choses afin d'obtenir de l'argent : bagarre au sein de la famille pour obtenir « notre dû », falsification de notre feuille d'impôt, travail non déclaré, relations intéressées... De plus, certains et certaines utilisent les réseaux sociaux pour raconter une « pseudo vie » afin d'apitoyer et de récolter de l'argent, d'autres vont utiliser la solitude et les souffrances pour ainsi faire grossir leur portefeuille et tout cela sous le nom de Dieu ! Quant aux dons et aux cadeaux, ils sont devenus une denrée rare ! Désirer faire plaisir gratuitement à notre prochain n'est-il pas pourtant quelque chose de merveilleux ?

Nous sommes des consommateurs. Nous consommons, nous consommons mais nous oublions qu'il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir. Nous oublions que tout ce que nous avons n'est que pure grâce de Dieu et que nous n'en sommes que les usufruitiers et non les propriétaires. Proverbes 1.19 nous dit : « La cupidité cause la perte de ceux qui s'y livrent ». Examinons nos cœurs, laissons le Seigneur nous sonder et laissons-le nous ôter toutes traces de cupidité ! Que notre cœur soit tourné vers le Seigneur qui, Lui, pourvoit en toutes choses et n'abandonne pas ses enfants ! Retrouvons la joie de donner et de se donner !

Soyez pleinement béni(e)s.

  © Octobre 2014
Commentaires

Eric - Amen. Merci pour ce merveilleux message. Je me sens béni ce matin par vos mots.