La pensée à méditer du 17 octobre 2018

PAR QUI NOUS LAISSONS-NOUS CONDUIRE ?

Galates 5.17 et 18

 

 

Pour bien comprendre ce que notre texte veut dire, il est important de le remettre dans son contexte historique. Les Galates, à qui s'adresse cette lettre, avaient accepté Jésus-Christ dans leur vie. Ils s'étaient ouverts tout grand à l'amour de Dieu et avaient très bien démarré leur cheminement chrétien. Pourtant, des Juifs attachés au Judaïsme les avaient troublés par les anciens rites de la Loi de Moïse. Finalement ils étaient dans la confusion, englués dans des pratiques cérémonielles et ce bel élan du départ était stoppé.

Mon propos de ce matin, c'est de dire que les rites religieux et le Saint-Esprit, cela ne colle pas ensemble. La pratique de la religion, c'est l'effort humain pour essayer d'atteindre Dieu, le Saint-Esprit nous conduit dans la connaissance de l'effort de Dieu pour nous atteindre.

Il y a beaucoup à dire sur « l'esprit » de la Loi : il est sec, dur et sans amour. Il est fier de ses propres exploits et intransigeant envers ceux qui ont des difficultés. Quand la propre nature de l'homme prend les choses en main, c'est une catastrophe.

Vivre avec le Saint-Esprit c'est très vivifiant, l'expérience de la foi se renouvelle constamment, rien ne reste figé parce que l'Esprit de Dieu déverse en nous l'amour de Dieu. Il suffit de se laisser conduire et de se réjouir de la gloire de Dieu qui se manifeste en nous, en toute humilité. La compassion du Seigneur pour les faibles et les perdus nous envahit et nous devenons une main tendue. Mes amis, ne laissons pas notre propre nature nous imposer des « tu dois » et « tu dois pas », mais écoutons le Saint-Esprit nous dire : « Fais ceci et tu seras heureux... » !

Bonne journée à tous.

Ezéchiel 37 Ministères © Avril 2013