La pensée à méditer du 28 septembre 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

Pour être libre des cauchemars !

Job 7.13 et 14 - Quand je me mets au lit en espérant trouver quelque soulagement ou quelque apaisement, tu viens me terroriser par des cauchemars ; ce que tu me fais voir me jette dans l'angoisse. (BFC)

Nous ne pourrons probablement pas comprendre toute l'étendue de l'expérience de Job mais si ce livre a été écrit, c'est pour notre encouragement. Job n'avait aucun repos dans son affliction, pas même dans son sommeil. Ces nuits étaient faites de cauchemars et d'épouvantes. Même s'il attribue cela à Dieu, au début du livre, nous comprenons que Dieu permettait ce tourment perpétré par satan. Et quel en était le but ?

Job s'estimait un homme intègre et il l'était, Dieu était fier de lui. Sa seule « erreur », c'était de s'appuyer sur cette intégrité pour plaider devant Dieu. Il avait besoin d'apprendre que nul être humain ne peut s'appuyer sur ses mérites, aussi louables soient-ils, mais que l'unique appui, c'est l'œuvre de Jésus à la croix, l'expression de l'immensité de la grâce de Dieu. Oui notre seule source d'appui, c'est la grâce de Dieu et une confiance complète en celle-ci.

Ces lignes sont écrites pour toi qui subit des cauchemars atroces. Même s'ils sont perpétrés par l'ennemi de ton âme, la délivrance est auprès de ton Seigneur. Quand tu sors de cette nuit agitée, demande à ton Père céleste quelle leçon veut-Il te donner sur la grâce. C'est dans la compréhension de cette grâce que tu retrouveras ta paix ainsi que des nuits calmes. Qu'au plus profond de toi s'installe la conviction que Dieu ne t'abandonnera jamais, même si tu es loin de l'intégrité de Job.

Mon péché est constamment devant moi disait David (Psaumes 51.3 ou 51.5 selon les versions), c'est cela qui est source de tourment. Que se soit le sacrifice de Jésus qui soit constamment devant nous et la justification qu'il procure. Qui pourra encore nous condamner ? Quel cauchemar, nous faisant vivre le jugement de Dieu, pourra encore perturber notre sommeil ?

Mes bien-aimés, retrouvons la joie de notre salut et que le Seigneur nous accorde de dormir comme des bébés.

Bonne réflexion !

Ezéchiel 37 Ministères © Avril 2014

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________