La pensée à méditer du 24 septembre 2018

VA ET NE PECHE PLUS !

Jean 8.11

 

 

 

Si vous êtes habitués à lire les récits bibliques, vous connaissez cette histoire. Une femme est prise en flagrant délit d’adultère, des « bien-pensants » l’amènent à Jésus avec pour motivation de Le « coincer ». Ils ont l’intention de la lapider devant Celui-ci en espérant qu’Il va, pour la sauver, dénigrer la Loi. Vous connaissez probablement la suite : Jésus va les mettre en face de leur propre culpabilité et ceux-ci vont se retirer sans toucher à un seul cheveu de cette femme. Un happy end qui nous encourage à croire que le pardon de Dieu est pour chacun !

Mais ma réflexion va plus loin. Jusqu’à ce jour, j’ai cru que Jésus donnait à cette femme une recommandation. Je réalise aujourd’hui que cette phrase du Seigneur : « Va et ne pèche plus » a beaucoup plus d’autorité qu’une recommandation. Jésus est la Parole faite chair. Au commencement, quand Dieu a dit : « Que la lumière soit », la lumière a été créée. Quand Jésus parle, quelque chose se crée. Dans notre cas, en prononçant ces mots, la délivrance de cette femme s’est créée. En d’autres termes, Jésus a déclaré : « J’ordonne aux puissances des ténèbres de te laisser tranquille ! J’ordonne que tu puisses aller libre et que ce péché d’adultère n’aura plus aucune emprise sur toi ! ». Par cette déclaration, Il lui donnait le pouvoir de ne plus pécher, le choix de s'en sortir s'ouvrait à elle. C’est ce que je pense.

A côté de cela, je pense aussi qu’il faut une disposition de cœur pour que le Seigneur prononce cette Parole. Il ne l’a pas prononcée pour ses accusateurs malgré qu’ils soient repris dans leur conscience. Je crois honnêtement que cette femme en avait assez de cette situation d’adultère. On ne sait pas comment elle s’était « empêtrée » dans ce marasme, comme quelqu’un l’a dit : « Le cœur a des raisons que la raison ignore », mais elle devait chercher une solution pour sortir de là. Le péché donne parfois une impression de bien-être mais au bout c’est la mort et elle devait mourir à petit feu.

Le Seigneur Jésus, à son habitude, a vu beaucoup plus loin que les apparences. Il était Lui-même la solution recherchée par cette femme. Quand Il a prononcé ces mots, Il lui a donné la possibilité de redémarrer sa vie, une nouvelle chance en quelque sorte.

Ce message est pour toi. Peut-être que tu es « embourbé » dans des situations qui te pèsent, qui provoquent de la honte, qui te tirent vers le bas, un peu plus chaque jour. Viens aux pieds de Jésus et demande-Lui de prononcer cette Parole libératrice sur ta vie. Il n’est jamais trop tard si ton cœur est repentant.

Bonne réflexion.

© Septembre 2018