La pensée à méditer du 17 septembre 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

Renier Jésus, moi ?

Marc 14.30 - Et Jésus lui dit : « Je te le dis en vérité, toi, aujourd'hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois ».

Aujourd'hui, c'est sur ce verset que j'aimerais m'arrêter. En réponse à cette Parole, Pierre et les autres disciples dirent que même s'ils devaient mourir, jamais ils ne renieraient leur Maître, Jésus Christ de Nazareth. Bien évidemment, vous connaissez la suite de l'histoire et vous savez ce que Pierre a fait et les autres aussi d'ailleurs, qui étaient on ne sait où.

Ce matin, mon interpellation pour chacun et pour moi en premier, c'est combien de fois ai-je déjà renié le Seigneur ou vais-je renier le Seigneur ? Cela va t'il m'arriver ?

Ma réponse est malheureusement oui. Si mon amour se tourne chaque jour vers mon Seigneur, mes actes, mes propos, renient trop souvent mon Maître. Pierre a renié directement dans ses propos « je ne le connais pas » mais les autres, par leur lâcheté et leur absence, ont renié aussi le Maître, ne croyez-vous pas ?

Combien de fois, quand nous sommes submergés par les difficultés, le doute nous envahit ? Nous tournons et retournons dans nos difficultés ! N'est-ce pas une façon de renier son Seigneur ? De lui dire : « J'essaie de régler les choses tout seul » ! Quand Il nous demande de faire du bien et que nous passons notre route sans nous arrêter, n'est-ce pas là également une manière de renier le Seigneur qui vit en nous et qui veut agir au travers de nous ? Quand nous voyons quelqu'un dans la souffrance et qu'à cause de l'environnement, nous n'osons pas lui parler de Celui qui peut et qui veut changer sa vie, n'est-ce pas là encore renier notre Seigneur ?

Si nous nous arrêtons quelques instants, combien de fois et de quelle manière avons-nous renié directement ou indirectement notre Seigneur ?

Rentrons en nous-mêmes, répondons à cette question et demandons-Lui pardon pour toutes ces fois où nous l'avons renié et répondons enfin à sa question : « Corinne ou Claudy (mettez votre prénom) m'aimes-tu ? ».

Bonne réflexion.

Soyez pleinement béni(e)s.

Ezéchiel 37 Ministères © Janvier 2014

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________