La pensée à méditer du 28 août 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

La table !

Psaumes 23.5 - Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; Tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde.

Le psaume 23 est un des plus connus par les chrétiens mais aussi dans le monde, plusieurs cinéastes d’ailleurs l’ayant utilisé pour des scènes afférentes à des obsèques.

Aujourd’hui, c’est sur le verset 5 que j’aimerais m’arrêter. Tu dresses devant moi une table. Avons-nous réfléchi à ce que peut être cette table ?

Apocalypse 3.20 nous dit : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi ». La table, le moment du repas est un moment d’échanges, de dialogues, de partages. Un moment chaleureux, d’intimité. Jésus aimait ces temps de repas que nous retrouvons à plusieurs reprises dans les Évangiles. Aujourd’hui encore, le Seigneur a un profond désir de vivre ces moments d’échange et de dialogue avec nous et c’est ainsi qu’Il désire s’asseoir à notre table.

Il nous est dit également dans 1 Corinthiens 11.25 : « De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez ». Il nous est dit aussi dans 1 Corinthiens 10.21 : « Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons ; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons ». Voilà encore un verset qui nous parle de table.

La Sainte Cène est le dernier repas de Christ avant sa crucifixion. A chaque fois que nous reprenons ce repas en mémoire de Lui et de tout ce qu’Il a accompli à la croix pour nous, une table est dressée. Par cet acte, nous proclamons également notre appartenance à Jésus, affirmant ainsi devant l’ennemi de nos âmes, que nous sommes enfants de Dieu. Voici cette table dressée entre nous et l’ennemi : Jésus, notre sauveur. Il se place Lui-même entre l’ennemi et nous, entre la malédiction et nous, entre toutes formes d’esclavage et nous. C’est ainsi que nous pouvons dire avec assurance la suite de ce verset : « Tu oins d’huile ma tête et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie et j’habiterai dans la maison de l’Éternel jusqu’à la fin de mes jours ».

Mes ami(e)s, combien d’entre nous prennent la Sainte Cène par habitude ou tradition ? Arrêtons-nous un instant et réalisons tout ce qui se passe quand nous partageons le repas du Seigneur avec notre Seigneur Lui-même. En prenant le repas du Seigneur, Dieu dresse une table en face de la maladie, de la peur, de l’angoisse, de tout ce que l’ennemi veut faire dans notre vie et c'est pour aujourd'hui !

Bonne réflexion !

Ezéchiel 37 Ministères © Janvier 2015

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________