La pensée à méditer du 5 août 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

La bénédiction : un piège ?

1 Rois 11.3 - Il eut sept cents princesses pour femmes et trois cents concubines ; et ses femmes détournèrent son cœur.

On parle souvent de Salomon et de sa grande sagesse. Il est vrai que le royaume d'Israël a connu un temps de faste et de richesse lors de son règne ainsi qu'une période de paix. Nous pourrions dire que Salomon a été béni par la prospérité. Le tableau est peut-être moins idyllique qu'il n'y paraît car cette prospérité l'a conduit à se détourner de son Dieu et finalement son peuple dira de lui devant Roboam son fils : « Toi maintenant allège cette dure servitude et le joug pesant que ton père a mis sur nous » (1 Rois 12.4). Nous pouvons supposer que l'entretien de ces mille femmes et le prestige de la cour devaient coûter très cher en taxes de tous genres. Toutes ces femmes d'ailleurs vont le détourner de l'Éternel pour qu'il suive le culte d'autres dieux.

Ma réflexion c'est : est-ce que la prospérité et la bénédiction sont si bénéfiques que cela ? Quand nous sommes dans la difficulté et dans l'épreuve, nous sommes enclins à dépendre de notre Dieu en veillant et priant mais quand tout va bien, nous avons une tendance innée à nous ramollir et à nous laisser aller ! J'aspire tout autant que vous à être béni mais je dirais : « Juste ce qu'il faut comme Salomon l'a dit d'ailleurs » (Proverbes 30.8). La bénédiction et notre attachement à celle-ci peut très vite devenir un piège qui nous éloigne de notre Seigneur. Saül est tombé de la même manière : Samuel lui dira : « Tant que tu étais petit à tes yeux » (1 Samuel 15.17). Tout allait bien pour lui tant qu'il est resté dans l'humilité mais quand il s'est pris « le chou », la chute a été dure et irrémédiable.

A l'heure où l'on parle beaucoup de ministères qui dévient parce qu'ils n'arrivent pas à gérer l'abondance dont ils sont l'objet, je crois que nous devons nous laisser attirer par les choses modestes et humbles, par un désir de vivre sobrement et par un contentement du cœur quand nous avons, par la grâce de Dieu, ce qui nous est nécessaire pour vivre.

Je dis souvent que je ne serais jamais riche ! Ne croyez pas que je prononce une parole de malédiction sur ma vie, à vrai dire cela ne m'intéresse pas de le devenir car mon Dieu supplée à tous mes besoins et à ceux de mon foyer. Et si un jour Dieu augmentait sa provision pour moi, je souhaite de tout cœur que je l'utiliserai pour les démunis... Que Dieu vous donne une grande bénédiction qui ne devienne pas un piège.

Bonne réflexion.


Ezéchiel 37 Ministères © Juillet 2013

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________