La pensée à méditer du 2 août 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

Pas de passe-droit !

Exode 2.21 et 22 - Et Moïse consentit à demeurer avec cet homme. Et celui-ci donna à Moïse sa fille Séphora, et elle enfanta un fils auquel il donna le nom de Guersom, parce que, dit-il, j’ai été habitant d’une terre étrangère.

Moïse était un serviteur de Dieu remarquable. Ce qui est encore plus remarquable, c’est qu’il a préparé sa succession en la personne de Josué. Déjà, nous pourrions en tirer une leçon pour nous : combien de serviteurs de Dieu prennent le temps de préparer leur succession ? Combien envisagent que le Royaume de Dieu dépassera leur longévité et que « leur vision » ne trouvera peut-être pas son plein accomplissement lors de leur vie ? De ce fait découle la nécessité de prendre le temps de former un fils ou une fille spirituelle qui pourra prendre le relais.

Dans le cas de Moïse, il faut constater que le successeur en question n’a pas été son fils Guersom, ni son deuxième fils Eliezer. Nous avons, là aussi, une leçon à retenir. Dans les choix de Dieu, il n’y a pas de passe-droit ! C’est même un danger de se laisser guider par « l’esprit de famille » pour choisir les collaborateurs dans le ministère. Prenons aussi enseignement des fils d’Eli, le sacrificateur, qui étaient une honte dans le service de Dieu (1 Samuel 2.22 à 25).

Nous constatons tellement de dégâts dans le peuple de Dieu à cause de ces personnes qui sont à « des postes » d’autorité dans l’Église alors qu’elles n’ont ni le mandat, ni l’appel de Dieu mais qui bénéficient du choix d’un parent ! Non seulement, des personnes ne sont pas à la bonne place mais ceux qui devraient y être sont « barrés » dans leur progression spirituelle.

Bien sûr, c’est une joie quand nos enfants emboîtent le pas et qu’ils ont un désir de servir Dieu. Nous avons, dans ce sens, un rôle supplémentaire de formateur spirituel. Cependant, même dans ce cas, laissons-leur l’occasion de développer leur propre appel. N’essayons pas de les mettre dans notre moule en les contraignant à compléter notre service.

Mes bien-aimés, cherchez avec soin qui sera votre successeur ! Ne vous laissez pas inspirer par vos sentiments personnels mais demandez au Seigneur son cœur pour discerner la bonne personne.

Bonne réflexion.


Ezéchiel 37 Ministères © Août 2018

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________