La pensée à méditer du 25 juillet 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

Faut-il mourir ou vivre ?

1 Rois 19.3 et 4 - Elie, voyant cela, se leva et s’en alla, pour sauver sa vie... après une journée de marche, il s’assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant : « C’est assez ! Maintenant, Éternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères ».

Ceci n’est qu’une brève pensée qui mériterait d’être développée. J’espère cependant, qu’elle vous encouragera.

Cela ne vous est-il jamais arrivé de vous dire : « J’en ai marre, je suis fatigué(e), je me sens si seul(e) » ? C’est comme un combat au fond de votre cœur qui dit : « Bah, vas-y, avale des cachets ou jette-toi sous une voiture, tu seras enfin débarrassé(e) de toutes ces souffrances ! ». Et d’un autre côté, il y a un profond désir de vivre, l’espoir en Dieu et en ce qu’Il nous a promis : que cela soit au travers du prophétique ou au travers de sa Parole de Vie.

A moins que ma compréhension me fasse défaut, il semblerait qu’Elie, le grand prophète, ait un jour expérimenté le sentiment cité plus avant. Si l’on continue notre lecture après le verset du jour, et je vous invite à le faire, nous verrons comment Dieu va se manifester à lui, comment Il va l’interpeller et lui dire en premier lieu : « Elie, que fais-tu ? ». Croyez-vous que Dieu était pris au dépourvu et qu’Il se demandait : « Mais enfin, il fait quoi là mon serviteur ? ». Non, je ne crois pas, je pense tout simplement que Dieu voulait amener Elie à s’exprimer et à se laisser interpeller une fois de plus par Lui. Je pense aussi que le profond désir de Dieu était qu’il sorte de sa caverne, cet endroit qui peut paraître protecteur mais si sombre et dans lequel, aucune vision sur l’extérieur et sur son avenir, n’est possible, à moins d’en sortir. Une fois sortit de la caverne, Elie va devoir tendre l’oreille pour entendre ce que son Dieu veut lui dire.

Il nous est dit dans les écritures que devant l’Éternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers. L’Éternel n’était pas dans ce vent. Après le vent, ce fut un tremblement de terre, l’Éternel n’était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre, un feu : l’Éternel n’était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger (1 Rois 19.11 et 12). Ce que j’ai sur mon cœur c’est que tous ces éléments étaient d’une part bruyants, mais aussi pouvaient provoquer la panique mais il nous est dit : « L’Eternel n’était pas dans… » !

Quand des tempêtes viennent briser nos cœurs, quand tout tremble en nous, quand nous avons ce sentiment de passer par le feu, le Seigneur nous dit : (mettez votre prénom) « Que fais-tu là ? ». Il t’invite à Lui exprimer ta douleur et ensuite à ne plus regarder aux événements qui se déchaînent autour de toi. Il t’invite à juste tendre l’oreille et à attendre ses directives. Ecoute-Le te dire : « Va, reprends ton chemin ! J’ai des choses nouvelles pour ta vie ».

Soyez pleinement béni(e)s.

Ezéchiel 37 Ministères © Janvier 2014

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________