La pensée à méditer du 18 juillet 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

Une question d'adverbe !

Lamentations 3.31 et 32 - Car le Seigneur ne rejette pas à toujours. Mais, lorsqu’il afflige, Il a compassion selon sa grande miséricorde.

Il y a des petits mots qui revêtent une importance capitale. Aujourd’hui j’aimerais parler du mot « mais ». Ce mot vient en fait annuler ce qui est dit précédemment. Un constat peut être révélé mais le mot « mais » introduit une pensée nouvelle qui va en contradiction avec ce même constat.

Dans nos vies, nous pouvons avec des « mais » qui sont une déclaration de foi, comme pour notre texte du jour, mais aussi nous pouvons avoir des « mais » qui sont inspirés par notre incrédulité. N’avez-vous jamais entendu ce genre de déclaration : « Je sais que le Seigneur peut guérir mais… J’ai la foi mais… La Parole de Dieu dit mais… » ? Malheureusement, ces déclarations nous font un tort terrible. Nous annulons ce que Dieu a dit à cause de notre manque de foi.

Prenons exemple sur Jérémie. Le livre des Lamentations n’est pas très joyeux et le français en a tiré le mot « jérémiade ». Cependant, la lucidité du prophète revient par un « mais » plein d’espérance. Nous pourrions l’ajouter aux versets 31 à 33 du chapitre 3 : « MAIS voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme. Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande ! ».

Mes bien-aimés, prenons conscience que les mots que nous utilisons ont beaucoup d’importance. Le Proverbe ne nous dit-il pas que la mort et la vie sont au pouvoir de la langue (Proverbes 18.21) ? Que nos « mais » soient des « mets » succulents pour notre âme. Qu’ils soient une déclaration vivante de notre espérance en notre Dieu. Qu’ils encouragent notre entourage en suscitant des « alléluia ».

Peu importe nos situations, Dieu règne de toute éternité. La nuit est sombre MAIS j’attends un jour nouveau !

Bonne réflexion.

Ezéchiel 37 Ministères © Juillet 2018

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________