La pensée à méditer du 12 mai 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Question de choix !

2 Chroniques 18.21 - Je sortirai, répondit-il, et je serai un esprit de mensonge dans la bouche de tous ses prophètes. L’Eternel dit : Tu le séduiras, et tu en viendras  à bout ; sors, et fais ainsi.

Merci de lire tout le chapitre pour se mettre dans le contexte.

Ce passage est pour nous un peu obscur. Il faut admettre que certaines réalités spirituelles nous échappent et je n’ai pas la prétention de tout expliquer. Cependant, j’aimerais faire quelques remarques.

Si tous les « prophètes » d’Achab ont été trompés, la vraie parole est sortie par la bouche du prophète Michée. Le roi Achab était ainsi devant un choix, il avait la possibilité de se positionner pour la vérité. Prenons conscience que nous pourrons être un jour amenés à faire ce genre de choix.

Deutéronome 30.19 nous dit : « J’ai mis devant toi la vie et la mort… Choisis la vie ». C’est Dieu Lui-même qui nous amène devant ce choix. Il ne veut pas des robots qui s’exécutent sans sentiment, mais Il cherche des personnes qui ont fait un choix libre et réfléchi de Le suivre, de Le servir et de Lui obéir.

Quand ce genre de parole vient à nous commence un véritable combat intérieur : celui de faire ce que Dieu nous dit ou de faire ce que nous avons envie ! Le Tentateur nous pousse à nous émanciper de la volonté de Dieu pour assouvir notre propre désir. Mes bien-aimés, ce chemin de mort nous conduira dans une perte, un fracas lourd de conséquence. Pour Achab ce sera perdre sa vie.

Nous pouvons comme Achab mettre la « parole de vérité » en prison, c’est-à-dire étouffer notre conscience, cela n’empêchera pas le désastre de nous atteindre, que du contraire. C’est pourquoi, quand nous sommes confrontés à un choix, même si celui-ci semble légitime (reprendre la ville de Ramoth en Galaad n’était pas mauvais en soi), soyons attentif à ce que le Seigneur veut nous dire. Si nous ressentons un petit malaise intérieur, soyons sur nos gardes. Plutôt que d’étouffer ce sentiment, laissons-le nous parler avec force afin d’être préservés du choix de la mauvaise voie.

Je vous laisse avec cette prière du roi David : « Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l’éternité ! » (Psaumes 139.23 et 24).

Bonne réflexion

Ezéchiel 37 Ministères © Mai 2018

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________