La pensée à méditer du 5 mars 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Traditions, onction !

Luc 13.14 - Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat.

Cette réflexion du chef de la synagogue, que nous pourrions assimiler à un pasteur, est survenue après la guérison d’une femme courbée depuis dix-huit ans. Dix-huit ans de souffrance que Jésus est venu « régler » d’une seule parole. Un miracle extraordinaire qui cependant ne plaisait pas à tout le monde, et à ce chef en particulier.

Nous pourrions nous offusquer du manque d’amour de ce « berger » en étant persuadés que nous n’aurions jamais agi de cette manière. En sommes-nous si sûrs ?

Combien d’interventions divines ont-elles été stoppées parce que l’heure de la fin du culte avait sonné ? Combien de ministères ont-été « muselés » dans l’exercice de leurs dons parce que trop jeunes, trop charismatiques, trop féminins, trop dérangeants, trop exubérants, trop… ? Ne jugeons pas trop vite ce chef de synagogue parce que bien souvent, nos traditions prennent le dessus sur l’onction.

Maintenant, j’aimerais que nous réfléchissions ! Imaginons que ce ne soit pas Jésus qui soit présent dans la synagogue, mais un autre chef de synagogue oint du Saint-Esprit et ayant un don de guérison. Il aimerait exercer ce don pour soulager la souffrance des personnes présentes mais le chef de la synagogue, le regardant d’une certaine hauteur, lui dit : « Frère, nous sommes samedi, ce n’est pas le bon jour pour guérir quelqu’un. Et puis, tu sais, nous ne fonctionnons pas comme çà ici. Le grand prêtre est au courant que tu agis de cette manière ?… ».

Transposez ce dialogue dans une église locale entre deux serviteurs de Dieu, et vous comprendrez pourquoi tant de potentiels spirituels sont mis sous l’entonnoir.

Si le chef de cette synagogue avait empêché la délivrance de cette femme, ne pensez-vous pas qu’il en aurait été responsable devant Dieu ?

Bonne réflexion.

Ezéchiel 37 Ministères © Mars 2018

____________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 

 

 

 
___________________________________________