La pensée à méditer du 12 janvier 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Vous n'avez pu veiller ! (partie 1)

Matthieu 26.40 - ...vous n'avez donc pu veiller une heure avec moi !

Vu que nous sommes dans les livres depuis quelques jours, nous voudrions vous parler d'une autre expérience. Vous avez peut-être connu un petit livre qui s'intitule « vous n'avez pu veiller une heure avec moi ». Le désir de l'auteur est de pousser les enfants de Dieu à la prière. En bon chrétiens, nous avons essayé de mettre ces recommandations en pratique.

Aujourd'hui, je vous parlerai de mon expérience. J'ai décidé de consacrer une heure à la prière chaque jour et, le seul moment possible, c'était le matin. Malheureusement, je travaillais tôt et je commençais à cinq heures, ce qui veut dire que je me levais à trois heures du matin. Je n'ai pas trop besoin de vous expliquer dans quel état j'étais, je priais trois phrases, je terminais un peu de ma nuit, repriais trois phrases, me réendormais... bref l'angoisse.

Un jour, je suis carrément passé à côté de la sonnerie de mon réveil. J'ai dû me dépêcher pour arriver à l'heure à mon travail. J'étais plein de culpabilité parce que, comme le disais le livre, je n'avais pas pu veiller une heure avec mon Dieu. Là, le Saint-Esprit m'a expliqué qu'il était tout à fait capable de me réveiller, même sans réveil. Que ces temps de prières ne servent à rien si je les vis comme une loi parce que ce n'est pas ce que Dieu souhaite. J'ai été soulagé et apaisé parce que cela était un vrai sacrifice de me lever si tôt.

La grande leçon que j'ai apprise au cours de ces années, c'est qu'il est possible de prier plusieurs heures par jour mais en adaptant cela à ce qui nous correspond le mieux. Pour moi, c'est facile de prier en voiture, devant ma machine, dans la salle de bains...  En fait, ma façon de prier dans mon quotidien c'est de converser avec Dieu comme avec un ami près de moi. Même si parfois je me retrouve à genoux ou carrément allongé sur le sol, je ne me sens pas « obligé » d'adopter une posture particulière pour m'adresser à Dieu, même pas le besoin de fermer les yeux (en voiture, c'est préférable !).

Soyons naturels, prions et passons le plus de temps possible dans la prière mais dans une pleine liberté. C'est très épanouissant.

Bonne journée.

Ezéchiel 37 Ministères © Mars 2013

____________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

 

 

 
___________________________________________