La pensée à méditer du 3 janvier 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Quel est ton bâton ?

Genèse 32.10 - Je suis trop petit pour toutes les grâces et pour toute la fidélité dont tu as usé envers ton serviteur ; car j’ai passé ce Jourdain avec mon bâton, et maintenant je forme deux camps.

Dans la continuité de la pensée d'hier, parlons un peu de Jacob. Au moment évoqué dans notre verset, Jacob avait tout perdu : sa famille, ses amis, ses biens, il n'avait même pas un manteau pour mettre sous sa tête pour dormir. Il fuyait pour sauver sa vie et son seul butin était un bâton. Jacob n'avait pas bien agi et il subissait les conséquences de ses actes, mais Dieu ne va pas le rencontrer dans un reproche, ni dans une condamnation, mais dans une promesse extraordinaire ! Nous nous sommes posés la question : « Mais que peut représenter ce bâton ? ».

Nous pensons de suite au bois de Golgotha qui nous assure la grâce et sur lequel nous pouvons appuyer notre foi. Jacob avait tout perdu sauf la grâce de Dieu. Dieu était avec lui, il détenait une promesse et une bénédiction. Même si les circonstances étaient défavorables, il pouvait regarder l'avenir avec espoir et s'appuyer sur sa foi en la faveur de Dieu pour avancer. Le Seigneur a répondu présent et Jacob a été abondamment béni.

Nous posions la question hier : « Qu'as-tu dans ta maison ? ». Aujourd'hui nous posons la question : « C'est quoi le bâton qui est dans ta main ? ». Le bâton représente l'autorité mais cette autorité ne peut s'appuyer que sur une Parole de Dieu qui t'est personnelle. Quelles sont les promesses que Dieu t'a faîtes ? Sur quelle Parole peux-tu appuyer ta foi ? Ne regarde pas à la circonstance présente mais regarde à la promesse divine pour ta vie. Si tu es en Christ, le bois de la croix te garantit la faveur divine, l'accomplissement n'est qu'une question de temps. Ce bois te donne l'autorité sur le mal, sur la malédiction, sur l'esclavage du péché et sur les desseins destructeurs de l'ennemi, même si tu n'as pas fait « tout bien ».

Mes bien-aimés, vous avez peut être tout perdu ! Il vous semble qu'il n'existe plus d'espoir pour vous. Dieu est fidèle, même si nous nous ne le sommes pas (2 Timothée 2.13) ! Sa promesse pour notre vie s'accomplira si nous nous appuyons sur le bâton de l'œuvre accomplie à la croix pour nous et qui nous justifie pleinement.

Bonne réflexion !

Ezéchiel 37 Ministères © Avril 2014

____________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

 

 

 
___________________________________________