C'est trop injuste !

___________________________________________________________________________________________________________________________

Matthieu 6.33 - Cherchez premièrement le Royaume et la justice de Dieu…

Nous aimerions vous partager les réalités de la vie pour beaucoup d’entre nous. Pour cela, nous allons imaginer qu’une caméra s’arrête sur certaines scènes de nos vies.

Première scène

Je suis au culte. Je chante avec ferveur les paroles des chants qui sont adressées au Seigneur. Je chante de tout mon cœur : « Oui prends tout Seigneur, je te donne mon cœur, je veux te suivre, etc ». Je sors du culte et je me sens bien, j’ai offert ma louange comme une offrande qui s’est élevée jusqu’à Dieu.

C’était chouette le culte, à part le pasteur, il ne m’a même pas dit bonjour. Mais bon, merci Seigneur pour ce culte. Pour le reste Père, tu sais …

Deuxième scène

Je suis heureuse aujourd’hui, j’ai été un instrument entre les mains de Dieu. J’ai visité une sœur chrétienne qui avait mal à la jambe et j’ai prié pour elle. Après, elle n’avait plus de douleurs, Waouh.

Je t’aime Seigneur, tu es vraiment grand et merveilleux ! Sers-toi de moi encore et encore…

Troisième scène

Aujourd’hui, je n’ai pas été à l’église car j’ai mal au ventre. Et bah, pas un coup de fil. Personne ne m’appelle pour savoir si je vais bien. A part cette sœur qui m’a appelée, mais en fait quand je lui ai dit que j’avais mal au ventre, elle a pensé « gastro » et du coup, plutôt que de venir me voir, elle m’a raccrochée au nez.

Seigneur, regarde, le manque d’amour dans ton église. J’ai mal au ventre mais maintenant, j’ai mal au cœur en plus. Et puis, Seigneur, tu sais Toi, toutes les fois où j’ai été visitée des frères ou sœurs malades. Et moi, me voilà mal et... personne. Bon et bête, çà commence par la même lettre, maintenant terminé les visites ! Tu me comprends hein Seigneur ?

Quatrième scène

Hier c’était mon anniversaire. Un an de plus, merci Seigneur pour la vie. Ouais mais quelle vie ? Pas un cadeau, pas une visite, pas même un petit coup de fil. Qui pense à moi ? Qui m’aime ? Ah oui… mes parents m’ont appelé.

Bon, merci Seigneur, mais c’est tous les ans pareil. Seigneur ! J’ai mal on ne pense pas à moi. Je trouve cela profondément injuste car Moi, je suis là pour les autres.

Et là, je lis dans la Bible : Actes 20.35 - Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

Oui, c’est sûrement vrai Seigneur mais recevoir de tant en tant, bah ça fait pas de mal non plus.

Ces petites scènes vous feront peut-être sourire mais pourtant, ne vous est-il jamais arrivé de vous trouver dans des situations plus ou moins similaires ?

La Parole de Dieu nous dit aussi : Si quelqu’un veut venir après moi, qu‘il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive (Matthieu 16.24). Dans la première scène nous nous sommes offerts à Dieu et lui avons tout donné. Dans la seconde, nous lui avons dit « encore Seigneur, sers-toi de moi ». Pourtant, nous avons tous une tendance « naturelle » à nous tourner vers nous-mêmes. À voir et reconnaître nos profonds besoins et dès que ceux-ci ne sont pas « assouvis », nous ne comprenons pas et nous souffrons. Néanmoins, Dieu nous demande de changer la caméra de place. Au lieu de la centrer sur nous-mêmes, il demande que nous la centrions sur notre prochain. Non pour le juger ou le critiquer mais pour l’aimer, l’aider ; pour lui donner, lui offrir ce que nous aurions tant aimé recevoir de l’autre. Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux (Matthieu 7.12).

Quand nous lisons ou entendons prêcher « chercher premièrement le Royaume de Dieu et sa justice et toute chose vous seront données par-dessus », nous crions AMEN. Que signifie cette phrase ? Certes nous devons chercher le cœur de Dieu, le prier, le louer, l’adorer mais nous croyons que c’est aussi marcher dans les pas de Jésus ! Toute sa vie nous parle du « don de soi » pour le bien des autres.

C’est cela aussi « chercher premièrement le Royaume de Dieu et sa justice », c’est d’aimer sans attendre un retour, c’est de regarder l’autre avec notre caméra déconnectée de notre nombril, de l’aider, de le soutenir, d’être une main tendue et d’être ainsi instrument entre les mains de Dieu. Certes, ce n’est pas facile me direz-vous et vous avez raison mais nous sommes profondément persuadés que c’est l’appel de Christ pour chacun d’entre nous et que cela doit être également notre combat de chaque jour.

Le Seigneur, quant à Lui, s’occupera de nous et il nous comblera. C’est certain, c’est sa promesse et toutes ses promesses s’accomplissent un jour.

Nous laissons cela sur votre cœur. Soyez bénis.

Ezéchiel 37 Ministères © Novembre 2012

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

 

 
___________________________________________