L'esprit sectaire (première partie).

___________________________________________________________________________________________________________________________

Galates 5.19 et 20 - Or les œuvres de la chair sont... les sectes !

Là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté nous dit la Parole (2 Corinthiens 3.17) ! L'église devrait être un endroit où règne cette liberté. Malheureusement, l'être humain étant ce qu'il est, un certain nombre de communautés ont perdu cette liberté et sont tombées dans l'esprit sectaire. Dans cet article, j'aimerais aborder sept « symptômes » qui sont révélateurs de l'action d'un esprit sectaire. Ils n'ont pas besoin d'être tous réunis pour que la communauté dévie mais ils devraient nous servir d'avertisseur, que nous soyons membres ou responsables. J'espère que ces lignes vous seront utiles, le but n'étant pas de créer de la suspicion mais de vivre pleinement la liberté qui vient de la vérité (Jean 8.32), liberté qui est en Christ, Lui le seul et unique Chef de l'Église. Bien qu'Il ait délégué son autorité à ses serviteurs, Il n'en demeure pas moins le seul qui doit être servi dans une obéissance joyeuse à sa Parole.

L'esprit sectaire est beaucoup plus répandu que nous ne le pensons et il ne se limite pas à quelques mouvements qui pratiquent les pires horreurs. Il s'insinue malheureusement dans bien des communautés à un degré plus ou moins grave. Nous le redisons, cet article n'a pas pour but de provoquer la peur mais il se veut un outil pour préserver notre liberté en Christ.

« Invulnérabilité » du ou des responsables !

Vous avez peut être déjà entendu cette expression : « On ne touche pas à l'oint de l'Eternel ! » (1 Samuel 24.6). Quand David prononce ces paroles, il parle de Saül, premier roi en Israël qui avait, à cause de sa désobéissance, perdu son onction. David ne voulait pas se « faire justice » lui-même mais il désirait s'en remettre à son Dieu pour cela. Les responsables devraient être avant tout des serviteurs comme Jésus l'a enseigné (Matthieu 20.25 et 26). Ils ne sont pas appelés à être des chefs incontestés dans leur « tour d'ivoire », dominant avec poigne les enfants de Dieu, mais ils sont appelés à exercer leur service pour et auprès de ceux-ci. Un responsable de communauté doit pouvoir être à l'écoute de chacun et même s'il doit « redresser », cela doit être toujours dans un esprit de douceur (Galates 6.1). A vrai dire, pour éviter les abus d'autorité, chaque responsable devrait être soumis à une autre autorité spirituelle  humaine. Cela permettrait aux « contestations » de trouver une oreille attentive et une régulation spirituelle.

Désapprobation et condamnation des autres « chrétiens ».

Quand une communauté a tendance à se refermer sur elle-même, elle est en danger. L'échange avec les autres enfants de Dieu est une richesse car nul ne détient toute la révélation et l'onction à lui tout seul. Nous avons un profond besoin des autres membres du corps, le corps dépassant de loin l'espace restreint de l'église locale. Diotrèphe dont parle Jean dans son épître (3 Jean 1.9) en est un exemple : il fermait l'église à tout contact avec des ministères apostoliques comme Jean. Le peuple de Dieu a besoin de la visite de ministères extérieurs à sa communauté, il a besoin de pouvoir recevoir de la « nourriture » à travers d'autres serviteurs pour se développer. Bien-sûr la prudence est de mise et un bon « berger » va veiller sur ses brebis mais un repli sur soi est une mauvaise chose.

Doctrine « exceptionnelle ».

De nos jours, beaucoup de communautés se fondent sur un aspect de la doctrine en particulier. Cet aspect n'est pas toujours faux mais il manque d'un équilibre évident. Pierre nous dit aussi qu'il y aura des faux docteurs qui introduiront des hérésies (2 Pierre 2.1) où l'Évangile est tronqué. L'Évangile de « prospérité » trouve beaucoup d'adeptes, normal puisqu'il promet monts et merveilles ! On y occulte complètement la vie de sacrifice auquel Jésus nous a appelés. Il existe tant de dérives aussi par rapport au « charismatique » et au « sensationnel », oubliant que la solidité d'un enfant de Dieu ne se trouve pas dans ces « expériences », mais dans une profonde connaissance de la Parole « écrite » de Dieu.

Ingérence dans la vie des membres.

La Bible nous encourage à être obéissant à nos responsables (Hébreux 13.17), c'est une garantie et une sécurité pour nous. Cependant, ces responsables doivent savoir quelle est leur sphère d'autorité et ses limites. S'ils doivent être respectés et écoutés pour tout ce qui concerne la vie communautaire, il n'en demeure pas moins que nous rendrons compte chacun pour nous-mêmes (Romains 14.12). Nous avons un « privé » avec Dieu ! Nos responsables peuvent nous conseiller mais ils nous infantilisent s'ils veulent tout décider à notre place. Le vrai encouragement est de pousser ses brebis à plus d'intimité avec Dieu pour recevoir de Lui Ses instructions. Donc soumission oui mais jusqu'à un certain point.

Le ministère « choix » de l'homme.

Malheureusement j'ai rencontré une pratique très répandue dans les églises : Celle de « promotionner » l'homme et non pas l'appel. C'est-à-dire que l'on donne les responsabilités et l'autorité à ceux qui plaisent au responsable en place, que cela soit parce qu'ils sont de la « famille » ou par « atomes crochus ».  La parole prophétique n'est absolument pas entendue, le choix et les appels de Dieu ne sont aucunement reconnus. La gestion de la communauté se fait comme dans une entreprise humaine et l'on y trouve un fort esprit de compétition. C'est tragique, il y a un tel potentiel spirituel qui est étouffé. C'est Dieu qui établit et ce genre de pratiques ouvre la porte à bien des difficultés dans la communauté.

L'argent.

L'amour de l'argent est une racine de tous les maux nous dit la Parole (1 Timothée 6.10). Une communauté a besoin de dons pour vivre, c'est normal et approuvé de Dieu. Cependant, la prospérité financière d'une communauté n'est pas une fin en soi. Comme un dicton le dit : « L'argent est un très bon serviteur mais un très mauvais maître ». Combien de communautés se sont fourvoyées dans la construction d'un « empire » fait de briques en oubliant les « pierres vivantes ». Il y a quelque chose de malsain à faire des appels aux dons sans arrêt, à ce qu'un responsable vive dans le luxe, à ce qu'une communauté soit pleine « d'avoir » en négligeant de subvenir aux besoins de ses ministères.

Jeter l'anathème sur ceux qui quittent la communauté.

Enfin dernier point sans que cette liste soit complète, c'est le rejet de ceux qui ont quitté la communauté. On fait un usage abusif du verset qui dit : « N'abandonnons pas notre assemblée » (Hébreux 10.25). Les membres sont « obligés » de rompre les ponts avec ceux qui sont sortis de l'église, quelle qu'en soit la cause. Ils sont « maudits » et perdus. Leur fréquentation est dangereuse car ils sont « l'instrument » du diable. Combien ont changé de communauté pour grandir dans le Seigneur et ont perdu tous leurs « amis chrétiens » ? Combien se retrouvent dans la « nature » à cause de cette intransigeance ?

J'espère que ce court article vous aidera à y voir plus clair et que vous serez de ceux qui protègeront la communauté de l'esprit sectaire.

Soyez pleinement béni(e)s. 

Ezéchiel 37 Ministères © Juillet 2013

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________