Le Royaume de Dieu (deuxième partie).

___________________________________________________________________________________________________________________________

Apocalypse 4.1 - Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite.

J'espère que l’article précédent sur le Royaume de Dieu vous a donné le désir, la soif d'approfondir votre connaissance sur ce merveilleux pays où le surnaturel est tout à fait naturel.

J’aimerais parler du prophétique. Jean a vu que la porte du ciel était ouverte. Dieu l'a invité à y entrer, à y monter, pour apercevoir les évènements futurs. Bien des hommes de Dieu, dans la Bible, ont fait une incursion dans ce domaine et ont discerné ce qui devait se produire. Jésus dira qu'Abraham a vu, par avance, son jour et que cela lui a procuré une grande joie. Je ne prends pas le temps ici de parler des différents prophètes, mais une chose est certaine, c'est que Dieu ne fait rien sans en parler d'abord à ses prophètes (Amos 3.7).

La Parole de Dieu nous encourage à être un peuple de prophètes. C'est un désir qui est sur le cœur de Dieu, Il désire nous communiquer, nous dévoiler ses plans et ses desseins. Si l'Église d'aujourd'hui entrait dans la dimension du Royaume, elle comprendrait dans quel temps elle est ; elle serait préparée et avertie. Malheureusement, beaucoup d'entre nous ne savent pas où nous en sommes, à l'horloge de Dieu. Ils sont entraînés par le flot de panique montante qui angoisse le monde en se demandant de quoi sera fait demain. Le Seigneur nous dit : « Je sais Moi, de quoi sera fait demain, tout est sous contrôle ! ». Jésus nous encourage en disant : « Redressez-vous et levez la tête, votre délivrance approche » (Luc 21.28).

Mes bien-aimés, il est plus que temps que chacun d'entre nous, nous commencions à établir le Royaume de Dieu sur terre, à l'endroit même où nous sommes. Même si notre foi n'est qu'à la taille d'un grain de moutarde, elle ne demande qu'à se développer jusqu'à devenir un arbre. N'oublions pas que la foi est une DEMONSTRATION de ce qui n'est pas encore visible dans notre réalité physique mais qui est éclatant de gloire dans le Royaume de notre Père Éternel. Allons-y mes bien-aimés, allons-y !

Luc 6.20 - ...Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !

Dans cette béatitude, le Seigneur ne veut pas dire qu'un jour nous serons en possession du Royaume, mais que nous le possédons déjà, dans un présent immédiat. Attendre que nous quittions la terre pour rejoindre le Père Céleste est une erreur, nous pouvons déjà vivre la manifestation du Royaume ici, sur terre, et maintenant. Encore faut-il remplir la condition d'être pauvres.

Le terme « pauvres » ne signifie pas seulement d'être « sans argent ». Il signifie aussi d'être pauvre en influence, en position sociale, être pauvre en instruction et en culture intellectuelle. C'est aussi être animé du sentiment que nous manquons de tout, que nous avons faim et soif de Dieu, que nous sommes complètement dépendants de Lui. Qu'on se le dise : « Vivre la manifestation du Royaume de Dieu dans notre quotidien n'est pas une affaire d'intellect mais d'une foi simple, enfantine, une crédulité méprisée mais qui est hautement appréciée par le Seigneur ».

Paul nous a tracé le chemin : « Dieu a choisi les insensés, aux yeux du monde, pour confondre les sages. Il a choisi les faibles, aux yeux du monde, pour confondre les forts. Il a choisi la basse classe, aux yeux du monde ; ceux qu’on méprise, ceux qui n’ont pas de considération, pour réduire au silence ceux qui sont considérés » (1 Corinthiens 1.26). Dieu ne rejette pas ceux qui sont instruits, érudits, influents et « riches », mais cela demande de leur part un effort d'abandon supplémentaire, une mort à eux-mêmes et à leur « savoir ».

J'espère que vous êtes encouragés par cette perspective : Dieu vous choisit, oui vous, pas en fonction de votre aptitude intellectuelle, mais en fonction de votre cœur qui se laisse envahir par le feu du désir de Le glorifier.

Mon épouse chérie et moi, nous sommes convaincus que nous allons vivre le réveil que les Huguenots ont connu. Cela a été une période très riche en prophétique et en manifestation du Royaume. Dieu s'est servi d'enfants, de gens très simples, pour annoncer sa Parole et pour une explosion de miracles même si quelques érudits ont été de la partie. Ne dit plus : « Qui suis-je, mais j'irai ! ».

Jean 11.40 - ...si tu crois, tu verras la gloire de Dieu...

Mes bien-aimés, il y a quelque chose de très puissant dans ce verset. Une clé qui ouvre le « réservoir » de la puissance de Dieu. Tout commence par le mot « si ». C'est la condition qui rend le reste possible. Nous devrions pleurer sur notre incrédulité, hurler au Seigneur comme ce papa qui cherchait de l'aide pour son fils : « Viens au secours de mon incrédulité » (Marc 9.24). Pourquoi ? Parce que trop souvent nos yeux sont fermés sur la manifestation de la gloire de Dieu !

Cela ne veut pas dire que la gloire de Dieu ne se manifeste pas, mais si nous ne croyons pas, elle ne nous apparaît pas, « apparaître » étant une autre traduction possible du mot traduit par « voir ». Tout est là mes bien-aimés, avec la manifestation du Royaume vient la manifestation de la gloire. Si nous remplissons la condition de « croire », nous verrons des choses extraordinaires mais tellement naturelles pour notre Dieu.

J'aimerais que nous prenions le temps de la repentance ; humilions-nous car nous nous sommes trop souvent cachés derrière des excuses bidons : « Trop dur en Europe, il faut être raisonnables, je ne suis pas appelé à cela... ». Appelons un chat « un chat », nous sommes incrédules ! Le problème ne vient pas de Dieu, ni de l'environnement, ni de la conjoncture, ni du gouvernement, ni de mon voisin, ni de mon pasteur, ni de mon conjoint, ni ni ni : il vient de moi !

Nous pouvons revendiquer la promesse de 2 Chroniques 7.14, appeler à la vie comme dirait ma chère épouse. « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays ». Les mauvaises voies, ce n'est pas seulement le chemin du péché grossier, mais c'est aussi et surtout le fait de douter de Dieu, de douter de Sa parole, de douter que c'est possible... Le drame de l'humanité a commencé par ces mots : « Dieu a-t-Il réellement dit ». Jésus a dit, et çà c'est le béton de la Vérité : « Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ! ».

Actes 14.22 - fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu.

Je vais aborder un aspect du Royaume de Dieu qui n'est pas agréable : celui de la persécution. J'espère que votre cœur vibre dans la perspective d'amener la manifestation du Royaume sur la terre mais il faut que vous sachiez qu'il y a un prix à payer, celui de la souffrance.

Dieu veut que nous soyons un point de contact entre le ciel et la terre mais il faut avouer que nous sommes en terrain ennemi. La terre entière est sous le pouvoir du prince des ténèbres (1 Jean 5.19) et il déteste suffisamment l'être humain pour essayer, par tous les moyens, de le priver de la bénédiction divine. Quand Dieu commence à travailler avec ses ouvriers à la manifestation du Royaume, le diable se lève avec tout ce qui est à sa portée : gouvernements, familles élargies, inconvertis, chrétiens charnels... pour enrayer l'avancement du Royaume. C'est suffisamment tragique pour ne pas plaisanter avec cela. Si nous ne sommes pas armés d'une pleine persuasion, confiants dans la victoire acquise à la croix, conscients du ministère des anges et de l'action puissante du Saint-Esprit, nous allons avoir « des problèmes ».

Un serviteur de Dieu utilise souvent l'expression : çà passe ou çà casse. Nous sommes parfaitement d'accord que mettre la main à la charrue et envisager de faire marche arrière n'apportera qu'une défaite cuisante. Mes bien-aimés, nous devons être déterminés à aller jusqu'au bout, prêts à tout sacrifier jusqu'à notre vie même, pour atteindre le but. Si tu entres sur le chemin de la manifestation du Royaume, aucun demi-tour n'est possible, il n'y a qu'un seul chemin : celui devant toi qui te permettra d'atteindre le but.

Je parlais précédemment des Huguenots. Savez-vous que des enfants, remplis d'amour pour la Parole de Dieu, disaient au revoir à leurs parents en sachant qu'ils ne reviendraient pas de la réunion clandestine à laquelle ils voulaient participer. Ils étaient prêts pour le sacrifice.

Hébreux 12.22 à 24 - Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel.

Hébreux nous donne un éclairage intéressant sur vivre la dimension du Royaume. La traduction peut porter à confusion, car le terme « approchés » ne rend pas bien le grec. Il y a quelques années, nous avons déménagé et nous nous sommes « approchés » de la frontière française. Cela ne veut pas dire que nous habitons la France mais nous en sommes proches. Le terme grec ne veut pas dire cela. Dans un autre passage, il est dit que les disciples de Jésus s'approchèrent de Lui (Matthieu 15.12), cela veut dire qu'ils étaient en sa présence, dans le même lieu. Les chrétiens dont parle Hébreux étaient donc dans la présence de la Jérusalem céleste, la présence du chœur des anges, il était DANS le ciel !

J'affirme cela parce qu'Hébreux 11.14 à 16 nous dit que ceux qui parlent ainsi, c'est à dire ceux qui ont un langage et une démarche de foi, comme les exemples décrits plus haut dans le chapitre, désirent MAINTENANT la patrie céleste. Ceux de l'Ancienne alliance l'ont saluée de loin, mais en Jésus-Christ nous pouvons y entrer dans notre présent. Le voile est déchiré, le domaine du Royaume est ouvert pour ceux qui ne veulent pas ou plus de leur patrie terrestre mais qui désirent les choses d'en haut.

Pour ce faire, l'Église doit retrouver sa dimension prophétique. Nous sommes trop souvent pollués par le siècle de la raison. Notre intelligence, qui se base sur nos sens physiques, surtout celui de la vue, nous emprisonne dans le raisonnement terrestre. Jésus a dit à Nicodème : « Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ? » (Jean 3.12). A nouveau il est question de foi et pour entrer dans cette dimension prophétique, nous avons besoin que notre intelligence soit métamorphosée (Romains 12.2), ce qui permettra à la foi de se développer en nous.

Mes bien-aimés, nous pouvons vivre la dimension du Royaume de Dieu sur cette terre, aller dans le ciel pour y prendre de la volonté de Dieu et la manifester dans notre vie quotidienne. Cette volonté est bonne, agréable et parfaite.

2 Corinthiens 3.18 - Nous tous qui n'avons plus de voile sur le visage, nous pouvons contempler, comme à travers un miroir, la splendeur du Seigneur. Nous nous métamorphosons pour Lui ressembler de plus en plus, d’un éclat à un éclat plus grand encore. Voilà ce que réalise le Seigneur, qui est l’Esprit.

Moïse mettait un voile sur son visage quand il revenait de sa rencontre avec l'Éternel sur la montagne. Ce voile n'était pas là pour cacher l'éclat qui émanait de lui mais pour que les Hébreux ne voient pas l'effet provisoire de cet éclat (verset 13). Aujourd'hui, nous n'avons plus besoin de porter ce voile, ce qui signifie que cet éclat, cette gloire, peut devenir permanent. Mieux, cet éclat peut progresser jusqu'à ressembler de plus en plus au Seigneur. Le terme « métamorphosé » est le même que celui utilisé pour la transfiguration de Jésus où le visage de Jésus resplendissait comme le soleil (Matthieu 17.2).

Ce sont les effets du Royaume : quand nous contemplons la splendeur du Seigneur, nous rayonnons ! Déjà David disait : « Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie, et le visage ne se couvre pas de honte » (Psaume 34.5). Bien sûr, nous ne pouvons encore voir toute la magnificence de la gloire de Dieu, c'est notre limitation terrestre qui veut cela, mais nous la voyons comme à travers un miroir.

Je me rappelle que nous étions en mission, mon épouse et moi ; une dame n'osait pas s'approcher à l'appel par crainte mais, à un moment donné, elle a vu le visage de Jésus sur le visage de mon épouse et toutes ses craintes sont tombées et elle a été profondément visitée lors de la prière. Une autre fois, nous allions entrer dans un magasin et une gitane demandait l'aumône à l'entrée. Quand elle a vu mon épouse, son visage s'est éclairé comme si elle voyait un ange. Elle s'est mise à lui baiser les mains avec un respect hors du commun. J'avoue que mon épouse est un ange, mais rien, dans le domaine humain, ne pouvait supposer une telle réaction.

Paul dira que cette splendeur magnifique, ce trésor, nous le portons dans les vases de terre cuite que nous sommes afin qu'il soit manifeste que cette puissance extraordinaire est celle de Dieu, et non la nôtre. Mais mes bien-aimés, nous pouvons manifester de cette gloire autour de nous, être le reflet de la magnificence de notre Seigneur.

Un dernier petit témoignage : une sœur rentrait à son hôtel après une réunion de la convention Eurofire. Le portier de l'hôtel lui a ouvert et s'est exclamé en la voyant : « Ce que vous avez sur vous, je le veux ». Elle lui a annoncé l'évangile, il l'a accepté et il a été guéri instantanément d'un bras qu'il ne pouvait absolument pas levé. Alléluia.

Ezéchiel 37 Ministères © Novembre 2017

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

 

 
___________________________________________