Psaume 119.

___________________________________________________________________________________________________________________________

Psaume 139.1 à 3 - Seigneur, tu regardes jusqu'au fond de mon cœur, et tu sais tout de moi : tu sais si je m'assieds ou si je me lève ; longtemps d'avance, tu connais mes pensées. Tu remarques si je suis dehors ou chez moi, tu es au courant de tout ce que je fais.

D'emblée David, l'auteur de ce psaume, met l'accent sur l'intimité et la clairvoyance de Dieu. Il nous rappelle que le Seigneur sait tout de nous : Il connaît notre cœur, nos pensées et tout ce que nous faisons. Voilà un bon moyen de savoir si ce que je fais est approuvé de Dieu : en prenant conscience qu'Il voit tout ce que je suis en train de faire. Certainement qu'il y a des paroles que je ne vais plus dire et des actes que je ne vais plus commettre.

J'aimerais attirer l'attention sur cette vérité profonde : Tu sais tout de moi. L'être humain, depuis la chute d'Adam et Eve, sent le besoin de se cacher. Il s'est fabriqué toutes sortes de masques pour « paraître » au lieu « d'être » et les relations humaines se passent de masque à masque. Pourtant notre besoin réel, c'est de pouvoir être mis à nu. Nous restons fermés parce que nous avons peur mais nous avons un ardent désir de pouvoir nous ouvrir. La peur a pris racine dans nos mauvaises expériences et elle nous bloque... David savait qu'il était à nu devant son Dieu et que c'était bien parce que Dieu l'accueillait ainsi. Plus besoin de se cacher, d'être couvert de honte, le Seigneur m'accepte, en sachant tout de moi, tel que je suis. Nous avons aujourd'hui quelque chose de plus que David, nous avons Jésus qui est mort sur la croix pour que nous soyons complètement lavés de nos fautes. Aujourd'hui, dans la louange, sois reconnaissant envers le Seigneur qui t'accepte pleinement et laisse-toi être mis à nu devant Lui.

Psaume 139.4 à 6 - La parole n'est pas encore arrivée à mes lèvres, que tu sais déjà tout ce que je vais dire. Tu es derrière moi, devant aussi, tu poses ta main sur moi. Que tu me connaisses à ce point est trop merveilleux pour moi, et dépasse tout ce que je peux comprendre.

Une telle complicité nous fait envie, n'est-ce pas ? Il faut remettre les choses dans leur contexte, David n'avait pas la Bible, juste quelques écrits de l'Ancien Testament. Il n'avait pas non plus les dons spirituels que nous connaissons aujourd'hui. Pourtant, il révèle ici une intimité avec Dieu que peu d'entre-nous vivent. Je suis persuadé que cette intimité est née dans ses longs moments de solitude quand il gardait le troupeau de moutons de son père. Une telle intensité dans la connaissance de Dieu ne s'obtient pas en « deux coups de cuillère à pot », il faut prendre du temps pour méditer sur le Seigneur mais aussi pour se laisser pénétrer par sa présence.

Nous comprenons mieux maintenant que David était un homme « selon le cœur de Dieu ». Plus je comprends Dieu, plus je suis convaincu qu'Il aime profondément ces moments d'intimité avec nous. Nous pensons souvent qu'Il aime ce que nous faisons, qu'Il est fier de nos œuvres et nous passons beaucoup de temps à échafauder des plans et des stratégies. A la lecture de l'expérience de David, je me rends compte qu'Il nous aime nous, pour ce que nous sommes, pas pour ce que nous faisons. Nous avons pris l'habitude de « mériter » les choses, un tel amour est immérité, nous sommes déstabilisés quand il nous atteint. Nous acceptons difficilement ce qui est gratuit, nous cherchons toujours où est le piège. Dieu peut-il me connaître si bien et m'aimer de cette manière ? Oui, la réponse est mille fois oui ! J'espère que vous serez confondus comme je l'ai été le jour de ma rencontre avec Lui.

Psaume 139.7 à 10 - Où pourrais-je aller loin de toi ? Où fuir loin de ta présence ? Si je monte au ciel, tu es là ; si je me couche parmi les morts, t'y voici. Si je m'envole jusqu'au soleil levant, ou si je vais m'établir au soleil couchant, même là ta main me guide, ta main droite ne me lâche pas.

Pourquoi, dans cette intimité avec Dieu David veut-il fuir ? Dieu est tellement pur et saint que ce n'est pas facile de rester dans sa présence avec notre corps voué à la décadence. Ce n'était pas un petit attouchement ou une petite visitation que David connaissait, mais un véritable face à face avec son Seigneur. Le regard de Dieu est tellement perçant, qui peut lui résister ? En même temps, le psalmiste avoue qu'il a beau se cacher partout dans l'univers, il ne peut échapper à cette lourde présence. Avez-vous déjà essayé d'échapper à Dieu ? Avez-vous déjà essayé de résister à sa volonté ? Si c'est le cas, vous avez compris que c'est très difficile. Vous constatez que vous vous sentez mal dans votre peau, votre conscience vous poursuit inlassablement jusqu'au moment ou vous vous retrouvez au pied du mur. Ne pensez pas que c'est un manque d'amour du Seigneur, au contraire Il sait exactement ce qui est le meilleur pour vous, voilà pourquoi Il prend la patience de vous persuader.

Cependant cette force de persuasion ne dure qu'un temps, si nous nous obstinons, la douce présence du Seigneur va se retirer nous laissant finalement comme un orphelin. C'est peut-être le bon moment pour abdiquer ! Si l'amour de Dieu vous poursuit, laissez-vous trouver. Si le Seigneur vous presse, laissez-vous persuader. Un bonheur immense vous atteindra et vous retrouverez le chemin de la paix. Vous êtes destinés à vivre sur les genoux du Père, ne laissez rien vous en séparer.

Psaume 139.11 et 12 - Si je dis : « Que l'obscurité m'engloutisse, qu'autour de moi le jour se fasse nuit ! » pour toi, l'obscurité devient lumière, et la nuit claire comme le jour ; ténèbres ou lumière, pour toi c'est pareil.

Malgré les grands progrès de la technologie, de la science et du savoir, notre monde est dans de profondes ténèbres. Les hommes et les femmes se déambulent à la recherche de la satisfaction et du plaisir. C'est un peu comme dans le film « Matrix » où les êtres humains sont aveuglés par de l'illusion mais la réalité est tout autre. Tu as peut être le sentiment d'être englouti par ces ténèbres, que ta nuit est sans fin.

David nous dépeint le Seigneur de la lumière : Aucune obscurité ne peut tenir devant Lui, aucun mensonge ne peut résister car Il est la Vérité. Dieu est le grand Libérateur, Vainqueur de la puissance des ténèbres. Sa Parole nous ouvre les yeux sur la réalité afin que nous soyons libres de tous liens, entraves ou esclavages.

Il peut te sortir du noir pour te faire goûter à sa lumière. La Bible dit que les hommes ont préféré les ténèbres, parce que leurs œuvres étaient mauvaises : Il faut donc faire le choix d'abandonner ces œuvres et de s'en sortir en invoquant la lumière de Dieu sur sa vie. Depuis trop longtemps, la nuit du péché a volé la clarté et la chaleur de l'amour de Dieu. Rien d'autre ne peut briser cet enfermement ! Le diable tient les hommes captifs dans une caverne sombre et humide mais il sait qu'il ne pourra jamais être vainqueur sur Dieu, alors il invente des mensonges pour que les êtres humains croient qu'il n'existe rien de meilleur que cette condition. Au nom de Jésus-Christ, sors de cette situation ! Goûte à la vraie vie, celle du pardon et de la liberté dans la lumière du Seigneur.

Psaume 139.13 à 16 - C'est toi qui as créé ma conscience, qui m'as tissé dans le ventre de ma mère. Seigneur, merci d'avoir fait de mon corps une aussi grande merveille. Ce que tu réalises est prodigieux, j'en ai bien conscience. Mon corps n'avait pas de secret pour toi, quand tu me façonnais en cachette et me tissais dans le ventre de ma mère. Quand j'y étais encore informe, tu me voyais ; dans ton livre, tu avais déjà noté toutes les journées que tu prévoyais pour moi, sans qu'aucune d'elles ait pourtant commencé.

David épatera toujours par sa connaissance de Dieu à une époque où le mot « science » n'existait probablement pas. Le texte est tellement explicite ! Deux petites pensées : le corps humain est une merveille et Dieu a déjà un avenir pour un embryon encore informe. La science moderne essaye de nous dissuader de l'existence du Créateur, par de savantes explications, elle « démontre » l'évolution de l'homme et de la nature.

Un penseur, pourtant athée, a dit : « J'ai difficile d'imaginer cette belle horloge sans horloger ». Et quand nous constatons la façon dont fonctionne notre corps, nous ne pouvons que rendre gloire à Dieu : oui nous sommes des créatures merveilleuses... Sans rentrer dans le débat du pour ou contre l'avortement (je devrais dire l'Interruption Volontaire de Grossesse), nous devons admettre que l'embryon est un vrai être humain avec une destinée et un avenir que le Seigneur connait. Ce n'est pas, comme certains médecins le prétendent, une boule de chair dont on peut se débarrasser puisque c'est une gêne. Loin de nous l'idée de condamner une femme qui, sous le poids des circonstances, n'entrevoyait que cette solution. Pourtant il faut que nos consciences soient réveillées pour que l'abominable ne se produise pas et que la « solution » ne devienne un plus grand problème encore.

Psaume 139.17 et 18 - Qu'il m'est difficile de te saisir par la pensée, ô Dieu, il y a tant de points à considérer ! Comment pourrais-je les compter ? Il y en a plus que de grains de sable. Même si j'arrivais au bout de mon calcul, je n'aurais pas fini de te comprendre.

Les mots de David résonnent face à tous les discours « scientifiques » qui s'élèvent pour démontrer l'inexistence de Dieu. Comment envisager de comprendre l'incompréhensible, d'expliquer l'inexplicable ! L'homme serait-il la seule créature à croire que Dieu n’est pas insondable. Notre intelligence et notre raison ne sont pas aptes à saisir un être aussi puissant et glorieux que le Seigneur, seule la foi peut nous apaiser et nous permettre de bien vivre notre relation avec le Créateur.

Ces mots résonnent aussi avec ceux du prophète Ésaïe : « Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Esaïe 55.9). Laissez-moi vous dire que la pensée de Dieu ne s'abaissera pas à notre niveau ! Pour en comprendre une partie, nous devons nous élever, nous sublimer, atteindre le sommet et nous laisser envahir par le Saint-Esprit. Il est le seul qui puisse, d'une manière intuitive, nous permettre de comprendre un peu de la personne de Dieu.

Le Seigneur Jésus aussi est un bon « témoin » de la personne de Dieu. Toute sa vie a été une manifestation de la pensée de son Père : salut de l'humanité, guérison du malade, libération du captif et puissance infinie de pardon. Quand notre cœur comprend cette pensée, il exulte au dedans de nous en reconnaissance et louange. Un être si parfait dans l'amour s'intéresse à moi, Il veut mon bien et m'entoure de sa bienveillance. Ne cherchons plus à comprendre par notre raison, Dieu n'est pas raisonnable, laissons nos sentiments se libérer à sa rencontre et ensuite, nous comprendrons un peu de qui Il est.

Psaume 139.19 à 22 - Ô Dieu, tu devrais supprimer les méchants et chasser loin de moi ces meurtriers. Ils parlent de toi pour intriguer, et prononcent ton nom pour mentir. J'ai du dégoût pour ceux qui s'opposent à toi ; Seigneur, je déteste ceux qui te détestent. Ma haine pour eux est totale, ils sont pour moi des ennemis personnels.

Trouvez-vous les mots de David trop forts ? Ils nous montrent au moins une chose, c'est qu'il ne vivait pas dans la compromission ! N'oublions pas qu'Il était profondément amoureux de Dieu. Comment ne pas réagir de la sorte devant ceux qui bafouent et trainent dans la boue notre Seigneur ?

Aujourd'hui, avec l'éclairage de la Bible, nous comprenons que l'homme le plus dépravé est aimé de Dieu mais ce qu'il commet est détestable au plus haut point. Quel paradoxe incompréhensible. Pourtant c'est l'essence même de la Bonne Nouvelle du salut : quoi que tu aies fait, le Seigneur de l'univers est prêt à t'accepter et à te pardonner, la condamnation de tes actes est tombée sur le Fils à la croix. Ces actes sont inexcusables et « dégoûtants » mais ils ont été punis dans le sacrifice de Jésus. Aujourd'hui, malgré ton attitude passée, tu n'es plus un ennemi mais tu peux devenir ami de Dieu. Il t'aime et te l'a démontré...

Nous qui Le connaissons, adoptons cette façon de faire : condamnons le péché mais aimons le pécheur, luttons contre le mal mais entourons de notre affection celui qui le commet ! Personne n'est rejeté, personne n'est exclu que celui qui refuse cette grâce. L'avenir éternel sera terrible pour ceux qui, ayant connu cet amour immense, seront restés dans la méchanceté au point de refuser la main tendue par le Seigneur. Aujourd'hui il est encore temps pour se laisser envahir par la bonté et la compassion du Très-Haut, capable de te pardonner toute parole et tout acte répréhensible envers Lui ou envers l'autre. Prends TA décision...

Psaume 139.23 et 24 - Ô Dieu, regarde jusqu'au fond de mon cœur, et sache tout de moi. Mets-moi à l'épreuve, reconnais mes préoccupations profondes. Vois bien que je n'ai pas adoré de faux dieu, et conduis-moi sur le chemin qui a toujours été le tien.

Voici la conclusion de ce texte : tu peux éprouver mon être intérieur, Tu sais que je veux être fidèle. Pourtant David n'a pas toujours réussi ! Il a eu plusieurs passages à vide dans sa vie mais sa motivation profonde pour Dieu est toujours restée. On idéalise parfois trop ce que devrait être la vie avec Dieu, ensuite on est happé par la culpabilité parce qu'on prend conscience de toutes nos faiblesses. Dieu sait exactement de quoi nous sommes faits, Il sait très bien que l'esprit est bien disposé, mais que la chair est faible. En Jésus, Il a connu toutes les limites de cette chair et tous les combats qu'elle oppose à l'esprit. Le Seigneur sait tout cela, son regard se porte sur autre chose : au plus profond de toi, quelles sont tes préoccupations, tes priorités ?

Il sait discerner immédiatement ce qui nous poussent dans la vie, Il peut analyser en toute connaissance de cause le poids exact de nos actes et de nos paroles parce qu'Il connaît notre motivation. Dieu n'excusera jamais le péché, Il l'a jugé et condamné sur la croix ; ce qu'Il examine c'est le « pourquoi agis-tu ainsi ? ». La vraie question c'est : « M'aimes-tu, est-ce moi le centre de ta vie ? ». Quand nous prenons conscience de cela, nous pouvons être pleinement libres et la chair perd son pouvoir. La force ne sera jamais en nous-mêmes, elle est en Dieu ; c'est mission impossible pour la chair de plaire à Dieu. Débarrassons-nous de la préoccupation de nous-mêmes ou même des autres, que toute notre attention soit sur le Seigneur qui scrute notre être intime. Aimons-Le, respectons-Le, honorons-Le avec notre bouche et notre cœur.

Ezéchiel 37 Ministères © Juillet 2012

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

 

 
___________________________________________