Petit maousss costaud !

___________________________________________________________________________________________________________________________

 
Vous pouvez écouter la version audio
 
 

2 Rois 5.3 - Et elle dit à sa maîtresse : Oh ! si mon seigneur était auprès du prophète qui est à Samarie, le prophète le guérirait de sa lèpre !

Peut-être vous rappelez-vous de ce slogan qui fait le titre de notre article et qui ventait les mérites d'un détergeant pour le linge ?

L’attitude de la jeune fille dont parle notre verset est une démonstration que de « petits gestes » peuvent avoir un gros impact. Esclave, déportée de son pays, une jeune dont le nom n'est même pas mentionné dans la Bible, a par un simple petit témoignage audacieux bouleversé la vie de ses maîtres, du roi de Syrie, du roi d'Israël et la puissance de Dieu s'est manifestée par son serviteur Élisée (je vous invite à lire toute l'histoire).

Comme elle, beaucoup d'entre nous se sentent insignifiants, trop petits pour être utiles et ne réalisent pas que Dieu aime à se glorifier à travers ces personnes sans nom, personnages de l'ombre, et qu'ils peuvent être un instrument puissant pour l'avancement de Son Royaume. Nous aussi, prédicateurs habitués à l'estrade, nous avons pour mission d'encourager ces « petits » à entrer dans leur destinée, oubliant notre « prestige » pour laisser la place à la gloire de Dieu et donner un espace pour qu'ils puissent mettre en œuvre leur potentiel.

J'aimerais parler de trois autres exemples de la Bible pour que tous, quel que soit notre condition, nous soyons encouragés à entrer dans ce destin fabuleux.

Jean 6.9 - Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ?

Les foules suivaient Jésus pour se laisser enseigner par Lui. Après trois jours, cinq milles personnes au moins se retrouvaient sans nourriture et Jésus ne voulait pas qu'elles rentrent chez elle dans cet état. La seule solution qui s'offrait aux disciples, c'était qu'un jeune avait un pique-nique. C'est bien peu de chose, n'est ce pas pour tant de personnes ?

Les besoins qui nous entourent sont tellement immenses que le peu de chose que nous avons à notre portée nous semble dérisoire. Détrompons-nous ! Ce peu de chose a une grande valeur pour Dieu. Le peu que tu possèdes, que tu puisses faire peut avoir des conséquences inimaginables. La condition : c'est d'offrir au Seigneur ce petit rien. Notre jeune homme aurait pu garder pour lui son pique-nique mais devant le besoin, il s'est « sacrifié » et à travers ce don, Jésus a pu, par une multiplication de la nourriture, répondre au besoin de toutes ces personnes.

Dans une période de ma vie, je me rappelle avoir lu des autobiographies de « grands » serviteurs de Dieu. Il y avait une telle intensité de miracles, de guérisons, d'interventions divines que finalement, plutôt que d'être encouragé dans ma foi, je me sentais tout petit petit. Le Saint-Esprit m'a appris depuis que ce n'est pas la quantité de choses que nous faisons qui est importante, mais la fidélité que nous démontrons dans les petites choses, celles qui passent bien souvent inaperçues. Dans la parabole des talents, celui qui en avait deux a reçu la même récompense que celui qui en avait cinq. Peut-être n'as-tu  qu'un demi-talent ? Peut-être que tu te dis « je ne sers à rien » ou pire on t'a « gentiment » expliqué que tu n'arriverais jamais à rien ! Ce que tu as, ce que tu es, donne-le au Seigneur afin qu'Il puisse manifester sa gloire à travers toi. Tu as beaucoup plus de valeur et d'intérêt pour Lui que bien des « serviteurs » que je connais et qui se sont enflés comme si, ce qui se passe à travers eux, était leur propre œuvre.

Esther 5.3 - Qu’as-tu, reine Esther, et que demandes-tu ?

Un autre bel exemple de ce principe, c'est celui d'Esther. Esther était une Israélite déportée qui, à cause de sa beauté, avait été accueillie à la cour du roi Assuérus. Elle était devenue une de ses femmes mais malgré qu'elle soit devenue reine, elle n'avait que très peu de « pouvoir ». Des gens jaloux avaient réussi à mettre tous les Juifs déportés en danger de mort en faisant signer un décret au roi. Approcher le roi, même pour une reine, demandait tout un protocole et Esther risquait sa vie, ni plus ni moins, en demandant audience auprès du roi.

Ce qu'il y a de merveilleux dans cette histoire, c'est que dans sa providence, Dieu avait déjà placé au bon endroit la personne qui manifesterait sa bonté. Là encore, souvent, nous ne réalisons pas que Dieu nous a placés à un endroit bien précis pour une mission bien précise. Nous ne sommes probablement pas dans une situation aussi « inconfortable » qu'Esther et notre vie n'est probablement pas en jeu, mais pour nous ce sera peut-être notre réputation, le qu'en dira-t-on, les pressions des proches, même peut-être des autres chrétiens qui vont nous paralyser de peur.

La question pour toi c'est : « Seigneur, que puis-je faire ici et maintenant ? ». Ce que le Seigneur a prévu pour toi peut commencer aujourd'hui et dépasser largement tes « rêves » les plus fous ! Ne te laisses pas paralyser par les critiques et les « décourageurs » de plus en plus nombreux dans le monde chrétien. Ne cèdes pas non plus à la culpabilité qu'on veut mettre sur tes épaules en te disant : « Mais pour qui te prends-tu ? ». Comme nous tous, tu es fils ou fille du Roi des rois, tu es choisi(e), tu es aimé(e), tu es utile et tu es tellement précieux(se). Franchement, donne-moi une bonne raison pour que le Seigneur te dise : « Ne fais rien, de toute façon cela ne va pas marcher ». Evidemment le prix, c'est de risquer, d'oser, de t'affranchir des jougs. Peu importe le titre, la reconnaissance, les jugements et même les erreurs que tu pourrais commettre. Laisse le Seigneur T'utiliser comme Il le veut !

1 Samuel 17.45 - David dit au Philistin : Tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot ; et moi, je marche contre toi au nom de l’Eternel !

Le dernier exemple que j'aimerais prendre, c'est celui de David devant Goliath. A cette époque, celui qui deviendra le roi David, n'était qu'un enfant. Méprisé par tous, à cause de son apparence physique, même par ses frères aînés, mis à l'écart pour s'occuper des moutons, David avait appris à connaître son Dieu. C'est dans ces temps d'intimité qu'il avait compris qui était l'Éternel et que ce qui se passait n'était certainement pas pour sa gloire.

Sommes-nous enflammés pour notre Seigneur ? Quand nous avons saisi qui Il est et qui nous sommes en Lui, sommes-nous animés du même feu ? Pour ce combat, on a essayé de lui « imposer » une armure, une façon de faire, ce qui était « convenable ». Bien sûr que David n'était pas à l'aise, il n'était plus dans son naturel, il était ligoté dans des « traditions ». Finalement, il affrontera avec succès Goliath avec ses moyens, disons plutôt avec les dons que Dieu avait mis en lui. Ce qui faisait sa force, ce n'était pas les armes, une stratégie mais sa connaissance et sa relation avec l'Éternel.

Un jour j'ai reçu cette parole : « Ce n'est pas le menuisier qui doit dire à l'ébéniste comment faire son meuble ! ». C'est dans une recherche de la face de Dieu que tu vas savoir à quoi Il te destine, quels sont les talents qu'Il a mis en toi et comment mener à bien ce qu'Il attend de toi. Sans vouloir te décourager, les Goliath vont se lever, te narguer, te dire combien tu es « méprisable » et sans importance. Pourtant j'aimerais te dire : « Il n'y a qu'un seul David pour certaines situations. Tu es ce David que Dieu suscite pour certaines situations, pas un autre ». L'élection de Dieu ne tient aucun compte des critères humains. Après plus de trente ans de ministère, je le dis en souriant, Dieu n'en fait qu'à sa tête ! Qu'importe le regard qu'on a sur toi, si le Seigneur t'a choisi(e), c'est toi.

Il t'a choisi(e), peut-être pour faire une petite chose comme la servante de Naaman, pour donner une petite chose pour la gloire de Dieu comme notre jeune homme, pour sauver des milliers de personnes comme Esther ou pour libérer tout un peuple de la crainte comme David. Retiens de cet article qu'Il t'a choisi(e) pour « être » son instrument. Oui je veux mettre l'accent sur « tu es », donc tu fais et pas tu fais pour « être ». A la fin de toutes choses, tu recevras de Dieu le témoignage devant tous que tu as été fidèle dans les moindres choses ou dans les grandes...

Ezéchiel 37 Ministères © Novembre 2010

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________