Je suis resté moi seul.

___________________________________________________________________________________________________________________________

 
Vous pouvez écouter la version audio
 
 

1 Rois 19.14 - je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m’ôter la vie.

Ce passage fait partie de la période la plus noire de la vie d'Élie. Élie avait déjà vécu de grandes victoires avec son Dieu mais là, rejeté, humilié, il semblait que tout était perdu pour lui. Tant d'efforts, de dévouement, de zèle pour finalement arriver à ce point. « Seul » contre tous. A quoi bon continuer ! C'est ce moment que le Seigneur choisit pour lui parler d'une manière précise, et ce tête-à-tête ne se passera pas dans la « force », mais dans un temps de douceur exceptionnel, un murmure doux et léger où l'Éternel va prendre le temps de lui parler de certaines réalités spirituelles. C'est ce que j'aimerais aborder dans cet article. C'est après cet épisode qu'Élie va trouver son Élisée, serviteur fidèle et jamais plus il ne sera confronté à ce sentiment de solitude.

Juges 7.7 - Le Seigneur dit à Gédéon : Avec les trois cents hommes qui ont lapé l’eau, je sauverai Israël en te livrant les Madianites. Quant aux autres, qu’ils retournent tous chez eux.

Voilà un aspect de l'élection de Dieu qui est surprenant, voire déroutant. La marche en avant avec Dieu passe par des tests qui font le tri dans les disciples et certains d'entre eux sont priés de rentrer chez eux. Dieu ne voulait qu'une petite armée pour battre les Madianites afin d'en faire un exploit grandiose.

Trente-deux mille hommes avaient répondu à l'appel, après un premier tri, ils étaient encore dix mille. Par une sélection tout à fait arbitraire, ils ne seront que trois cents à vivre une victoire éclatante. J'aimerais en retirer quelques principes pour aujourd'hui. D'abord, au plus tu montes vers la manifestation de la gloire et de la grandeur de Dieu, au plus le tri va se faire et tu seras le sujet de l'incompréhension. Des compagnons vont lâcher, critiquer, s'opposer même parce qu'ils ne vont plus te comprendre. D'autres vont s'orienter vers autre chose, une petite poignée seulement arrivera au but.

Deuxièmement, le Seigneur cherche les petits commencements : un enfant dans une crèche, une petite bande de disciples indisciplinés... Le monde se moque en y voyant qu'une chose insignifiante, mais Dieu va bouleverser ce monde par sa puissance au travers de ces « petits ».

Troisièmement, tous les soldats de Gédéon ont profité de la victoire, ceux qui étaient sur le champ de bataille et ceux qui étaient chez eux. Le Seigneur fait grâce à tous, cependant, si tu veux être dans le top de la gloire de Dieu, tu devras passer haut la main une série de tests. Ces tests de la foi vont te dépouiller au point qu'il semblera qu'il ne reste rien, même le Seigneur donnera l'impression de t'avoir abandonné. Alors tu seras prêt pour voir ton Seigneur dans sa Majesté et sa Splendeur. Non seulement Il est là, mais Il a aussi préparé un petit nombre pour t'aider à arriver au but. Ils sont peut-être encore cachés comme les sept mille hommes de notre texte de départ, mais ils sont là. Ne te décourage jamais et continue, avance ! Toujours plus loin, toujours plus haut.

Psaume 77.11 - Je me souviens de ce que tu as fait, Seigneur, oui, j’évoque tes merveilles d’autrefois.

Penchons-nous sur un sentiment qui paralyse et ralenti notre progression avec le Seigneur, c'est la nostalgie. La vie chrétienne est un chemin qui emprunte des montagnes et des vallées, il y a des temps d'exaltation et des temps de « train-train », des temps forts dans le miraculeux et des temps où le ciel semble fermé, des temps d'aboutissement dans l'exaucement et des temps de persévérance.

Notre psalmiste était dans un temps de « déprime », la puissance de Dieu semblait si loin qu'il en perdait le sommeil, il avait le sentiment que Dieu les avait rejetés. C'est ce genre de sentiment qui nous assaille quand nous sommes dans la vallée : nous repensons à la « belle époque » et nous sommes paralysés dans notre progression. Mes amis, regardons devant ! Avançons vers la montagne suivante ! Rester attachés à une ancienne expérience, c'est comme vouloir boire une eau qui a stagné ; le Saint-Esprit se meut dans de l'eau vive, Il est dans un perpétuel mouvement de création.

C'est naturel de vouloir vivre des choses fortes mais le Seigneur ne veut pas que nous nous attachions aux expériences, Il veut que nous nous attachions à Lui. C'est dans la vallée que nous prenons le plus conscience de notre besoin vital de sa présence. La vie peut nous séparer de nos sujets d'exaltation mais personne, aucune créature, ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu... sauf moi-même. L'amour de Dieu demeure éternellement mais je peux m'en séparer parce que la « réussite » spirituelle est devenue plus importante pour moi que le Seigneur Lui-même. Tout ce dont nous avons besoin, aujourd'hui et maintenant, c'est un moment d'intimité avec Lui.

Matthieu 25.35 - Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli chez vous.

La peur d'être rejeté est universelle et quoi qu'on en dise, nous avons tous la crainte d'être repoussé, exclu ou méprisé. Cette angoisse n'existait pas avant la chute mais au moment ou Eve et Adam ont désobéi, ils ont été retranchés de la présence de Dieu et bien vite chassés du jardin d'Eden. Ce rejet n'était pas une punition mais une conséquence inéluctable du péché. Comme quelqu'un l'a dit nous sommes constamment à la recherche du « Paradis perdu », nous cherchons l'harmonie de vie commune qui y régnait.

Même les personnes marginalisées cherchent l'acceptation malgré que le message envoyé soit provocateur. Ceci est bien humain puisque Dieu Lui-même a dit qu'il n'est pas bon que l'être humain soit seul, mais nous nous y prenons très mal ! Ne laissons pas notre personnalité et notre destinée en Dieu être anéantie  pour rentrer dans le rang avec toutes les conséquences psychologiques que cela suppose. Ne formons pas notre propre petit clan, avec ses règles propres en excluant tous les autres.

Dans notre passage, Jésus montre la voie : c'est dans l'accueil des autres que nous trouverons notre propre accueil. Dieu nous accueille en fonction du sacrifice de Jésus mais notre épanouissement dans la vie chrétienne et la libération du rejet, ainsi que toutes ses dépendances dans nos vies, passeront par notre propre capacité à nous ouvrir et à accueillir. Cela demande évidemment l'aide précieuse du Saint-Esprit et ne veut pas dire que nous ne serons pas, à un moment ou à un autre, encore rejetés par les hommes... mais nous trouverons dans l'accueil de Dieu toutes les ressources nécessaires.

J'aimerais conclure en disant ceci : la mission que le Seigneur t'a confié est à toi, pas à un autre. Au plus elle sera glorieuse, au plus elle sera sélective et difficile à comprendre pour les autres. Se sentir seul n'est qu'un sentiment, le Seigneur sait ce que tu as besoin et Il a déjà préparé ceux qui seront ton secours. A vrai dire, ce qui est devant n'a aucune comparaison avec ce qui est derrière... Sois pleinement encouragé...

Ezéchiel 37 Ministères © Novembre 2010

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

 

 
___________________________________________