Moïse (deuxième partie).

___________________________________________________________________________________________________________________________

Exode 1.12 à 14 - Mais plus on l’accablait, plus il multipliait et s’accroissait ; et l’on prit en aversion les enfants d’Israël. Alors les Egyptiens réduisirent les enfants d’Israël à une dure servitude. Ils leur rendirent la vie amère par de rudes travaux en argile et en briques, et par tous les ouvrages des champs : et c’était avec cruauté qu’ils leur imposaient toutes ces charges.

Après de nombreuses années et la disparition de Joseph, qui était premier ministre en Égypte, les Hébreux, qui s'étaient multipliés faisaient peur aux Égyptiens. Ils les avaient rendu esclaves pour mieux les dominer et les tenir en bride. Cela me fait penser qu'aujourd'hui, malgré la puissance libératrice de l'Évangile, bien des enfants de Dieu sont encore esclaves, enchaînés et n'arrivent pas à vivre dans la plénitude de la liberté.

Le monde les charge de toutes sortes de poids et de circonstances et c'est avec peine qu'ils avancent tant bien que mal, chaque jour étant un combat pour survivre. Ils sont sous des jougs de condamnation et de culpabilité, leur vie est amère et rude... mais Dieu veut se susciter des libérateurs qui sont remplis de son onction pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, libérer les captifs et délivrer les prisonniers, pour renvoyer libres les opprimés (Esaïe 61.1). La destinée des enfants de Dieu c'est d'être la tête et non la queue (Deutéronome 28.13), de dominer et non pas d'être dominé... C'est pourquoi Dieu se lève pour faire justice à son peuple et lui rendre sa « noblesse » même s'Il utilise pour cela des hommes et des femmes qui ne sont pas, à vue humaine, le meilleur choix, mais c'est sa façon de se glorifier. C'est un temps particulier où le Seigneur suscite une armée, pleine de feu, pour rendre sa justice et combattre l'oppresseur des âmes.

Exode 2.2 - Cette femme devint enceinte et enfanta un fils. Elle vit qu’il était beau, et elle le cacha pendant trois mois.

L'oppression de Pharaon était à son comble et il avait ordonné l'extermination pure et simple de tous les petits garçons. Quand j'étudie la Bible, j'aime faire un « portrait » psychologique de ses personnages. Ce qu'il y a de très intéressant dans la lecture de la Parole, c'est que les grands hommes de Dieu étaient des êtres humains comme nous, avec leurs faiblesses ; ils n'étaient pas une élite mais c'est au travers de tout un cheminement qu'ils sont devenus des piliers de la foi. Moïse développait un sérieux complexe d'infériorité. Imaginez que dès sa naissance, il aurait du être tué. Je ne sais pas si un jeune bébé garde le souvenir de ce genre d'évènement, mais je peux dire que dans certains de nos entretiens, nous avons vu beaucoup de vies marquées par le fait que l'enfant n'était pas désiré. On leur a dit : « Tu es un accident ou nous voulions un garçon et tu es une fille », et bien d'autres choses. Déjà très tôt s'est développé un sentiment de rejet qui mine toute la vie.

Deuxième fait, c'est que bien malgré eux, les parents de Moïse l'avaient abandonné. Moïse avait grandi loin de ses parents, dans un environnement qui n'était pas le sien. Et même si cet environnement semblait meilleur, son identité devait certainement en souffrir. A quarante ans, il va prendre conscience du besoin de son peuple et d'une manière tout à fait humaine, il va essayer d'y remédier. A nouveau, malgré ses efforts, il va être rejeté par ceux de sa nation et devoir fuir pour sauver sa vie. Quarante autres années dans le désert, à garder des moutons vont achever ce travail de désidentification. Il n'est plus personne, ni Égyptien, ni Hébreux, son avenir se borne à terminer ses jours dans un « trou ». Probablement rempli d'amertume, d'un profond sentiment de rejet et de culpabilité, le désert a fait le travail de brisement nécessaire pour être utile entre les mains de Dieu.

Exode 3.2 - L’ange de l’Eternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson.

Au moment de l'appel de Dieu sur sa vie, il y a trois choses importantes qui se passent. La première, c'est que Moïse va être mis en contact avec le feu de Dieu. Le cœur de Dieu brûle, et il souffre. Dieu souffre profondément de voir son peuple opprimé et bafoué. Bien sûr cette souffrance est spirituelle et ne peut être comparée à une souffrance humaine, mais la première des choses pour saisir l'appel de Dieu sur nos vies, c'est d'être mis en connexion avec son cœur et de nous laisser envahir par sa compassion et son amour. Si mon peuple s'humilie, c'est-à-dire remet Dieu à la place où Il doit être, s'il prie et cherche ma face... Nous avons un profond besoin de rechercher la face de Dieu, de nous laisser envahir par son feu. Plus que de se laisser interpeller par l'évangélisation ou le secours aux âmes blessées, nous avons besoin de nous laisser submerger par l'amour de Dieu pour les perdus et les blessés de la route.

Deuxième chose, Moïse à enlever ses sandales. Les sandales représentent le zèle. Notre zèle à besoin d'être purifié de la chair, nous devons mettre à nos pieds les chaussures de l'Esprit, pour marcher selon l'Esprit. Ce qui est primordial, c'est de faire ce que l'Esprit nous inspire de faire. Seules les œuvres inspirées par le Saint-Esprit auront une valeur éternelle.

Enfin, il faut saisir le temps de Dieu. Dieu a des temps bien précis. Pendant longtemps on peut vivre un train train religieux, avoir un pied dedans et un pied dehors mais aujourd'hui, c'est le temps. Tu ne pourras plus être tiède, tu seras chaud ou froid, tu seras dedans ou dehors. Dieu prend patience et comme Jésus l'a dit en parlant du temps de Noé : « Les hommes se mariaient et mariaient leurs enfants » (Luc 17.27), mais au temps de Dieu, cette situation ne peut plus perdurer. Et, dans le monde entier, Dieu interpelle à ce sujet, c'est son temps.

Exode 3.11 - Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d’Egypte les enfants d’Israël ?

Dans l'article précédent sur Moïse, je parlais des objections de Moïse à l'appel de Dieu. J'y reviens ici en expliquant les solutions de Dieu à ses besoins. Nous avons vu que Moïse manquait d'identité et c'est normal qu'il l'exprime en disant : « Qui suis-je ? ». La réponse de Dieu sera : « Je suis avec toi ». Tu es mon enfant, voilà qui tu es. En tant qu'enfant de Dieu, Il nous rappelle que nous avons été adoptés par Lui. Que nous bénéficions de toutes les promesses de la Bible et de tout l'héritage en Jésus-Christ. Nous retrouvons en fait notre identité première, celle de la création où Dieu voulait une relation intime avec nous et où Il puisse manifester tout son amour de Père.

En second, Moïse va recevoir une nouvelle révélation de Dieu, Il n'est plus seulement le Dieu d'Abraham mais Il est : Je suis Celui qui suis. C'est à dire que Dieu affirme être exactement comme Il dit qu'Il est. Moïse entre dans une relation personnelle avec Dieu, plus seulement avec le Dieu de ses pères, d'une manière religieuse mais avec le grand « Je suis », J'existe personnellement pour toi.

Troisièmement, il reçoit l'autorité sur les démons (en saisissant le bâton devenu serpent par la queue) et sur la maladie (la main lépreuse guérie). Dieu nous donne cette autorité pour aller et guérir, délivrer, libérer... en son Nom. Moïse bégayait, signe de ses peurs et de sa sous-estime de soi. Dieu va aussi le libérer de ses peurs et de ses angoisses, pour en faire un homme plein de sagesse, de douceur, de patience et d'autorité.

Enfin, Il va lui donner l'aide d'Aaron. Dieu placera sur notre route des personnes pour nous aider dans notre tâche, des personnes qui auront un amour profond pour Dieu mais aussi pour nous, pour intercéder en notre faveur, pour nous conseiller et être des consolateurs quand la tâche est trop difficile.

J'aimerais terminer en disant que Moïse a réussi à mettre Dieu en colère avec toutes ses réticences. Dieu t'interpelle en disant : « Bouge-toi ! ». Sors de ton confort ! Va-y ! Dieu ne peut se satisfaire d'une réponse comme : « Envoie quelqu'un d'autre ! ». Dans cet appel, il n'y a pas que notre vie qui est concernée mais beaucoup d'autres vies seront altérées par notre choix. Ne regardons pas à nous-mêmes, mais regardons à ceux que Dieu veut toucher de sa compassion et de son amour. Je te lance un appel : « Veux-tu devenir un de ces libérateurs que Dieu suscite ? ».

Ezéchiel 37 Ministères © Juillet 2010

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________