La loi du Royaume.

___________________________________________________________________________________________________________________________

Matthieu 22.37 et 39 - Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Le Seigneur Jésus a parcouru les villes et les villages pour annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu. Ce royaume a une législation, des règles, une loi constitutionnelle ; et l'arrêté royal qui porte le numéro 1.1 c'est : tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur. Le second, qui porte le numéro 1.2 et auquel le Roi donne la même valeur, c'est : tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Notre Dieu a toujours mis la priorité et l'accent sur l'amour ! Le premier des commandements n'est pas : tu seras saint, ou tu suivras les préceptes de la religion chrétienne, ou encore tu iras à l'église... NON ! Tu aimeras... TU AIMERAS ! L'amour pour Dieu se manifestera toujours d'une manière horizontale. Jean nous explique dans sa première épître que c'est impossible d'aimer Dieu qu'on ne voit pas et de ne pas aimer son frère qu'on voit. C'est un mensonge de dire « j'aime Dieu » si cet amour ne se manifeste pas envers les autres, et pas seulement en paroles, mais aussi en actes (1 Jean 4.20). Au soir de notre vie, à l'heure du bilan, qu'allons-nous présenter au Roi de ce merveilleux Royaume : notre justice, notre sainteté, notre consécration... Toutes ces choses Lui appartiennent ! C'est Lui qui nous rend justes, saints et consacrés ; c'est son œuvre à Lui. Chaque fois que nous aurons donné de l'amour, fais un geste de grâce, prononcé une parole de compassion, nous faisons un cadeau à notre Seigneur. Ce n'est pas ce qui nous sauve, car le salut provient de ce que Jésus a accompli sur la croix mais notre vie n'a aucun sens, ni aucune valeur, si nous n'aimons pas Dieu et les personnes qui nous entourent de tout notre cœur.

1 Jean 3.18 - Mes enfants, n’aimons pas seulement en paroles, avec de beaux discours ; faisons preuve d’un véritable amour qui se manifeste par des actes.

Je le dis assez régulièrement, déjà nous ne disons pas assez souvent « je t'aime » à ceux qui nous entourent. Mais notre ami Jean va un peu plus loin encore en disant que cet amour ne doit pas seulement se manifester en paroles. Le véritable amour que nous puisons dans notre relation avec Dieu va obligatoirement prendre une dimension vers les autres, et cet amour va se manifester par des actes concrets. Même au niveau de l'exercice des dons, Paul nous rappelle que sans l'amour du prochain, nous ne servons à rien (1 Corinthiens 13). Pour en arriver là, nous avons besoin de régler notre problème d'égoïsme, inné à tous les êtres humains. Ces actes d'amour doivent être entièrement gratuits avec pour unique but le bien, l'encouragement et l'épanouissement de celui à qui nous les donnons. Cet amour là n'attend rien en retour, juste la satisfaction de voir l'autre heureux. Quand c'est le cas, le but est atteint. Vous l'aurez bien compris, cela demande un sacrifice et un don de soi.

La photo de cet article : un paraplégique portant la flamme poussé par un de ses amis pourrait porter la mention : « L'amour d'aider d'autres à se réaliser ». Nous aimons tellement être en avant, sur le devant de la scène, qu'on aimerait que les autres se sacrifient pour notre propre réalisation. L'amour dont parle Jean est tout à fait l'inverse, c'est choisir l'ombre pour qu'un autre soit poussé vers l'avant, vers son « rêve », vers l'accomplissement de sa destinée en Dieu. Jean-Baptiste, devant la « jalousie » de ses disciples envers le succès de Jésus dira : « Il faut qu’il grandisse, et que moi, je diminue » (Jean 3.30) rejoignant les paroles de ce beau chant : « Plus de Toi et moins de moi ». Cela peut commencer aujourd'hui par un petit geste d'oubli de soi envers la personne qui est juste à côté de toi...

Jean 15.9 - Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour.

Je pense que nous serons tous d'accord pour dire qu'il est bien difficile de sonder l'amour qui unit le Père à Jésus-Christ. Nous ne faisons qu'entrevoir, nous soupçonnons mais nos natures humaines ne peuvent analyser l'immensité de cet amour. Pourtant Jésus nous dit qu'Il porte pour nous ce même amour, l'ayant démontré jusqu'au bout en offrant sa vie en sacrifice ; Il n'a pas regardé la mort sur la croix comme un don trop grand pour moi mais Il s'est plié à ce destin sachant que c'était l'unique voie pour m'avoir avec Lui pour l'éternité. Nos cœurs se remplissent de reconnaissance car si la raison ne peut pas discerner toute la profondeur de cet amour, le cœur, lui, peut s'en imprégner jusqu'à fondre sous la grâce.

Demeurez dans cet amour ! Je peux donc y séjourner, m'y attarder, m'y arrêter et m'y reposer. Viens ma belle dit Jésus à son Église, repose-toi en moi, vois comme tu es importante, précieuse, acceptée et voulue. Laisse-moi te prendre dans mes bras pour te sécuriser et te chérir... Le Mal veut nous en séparer, il veut avec une violence extrême nous arracher à cet amour mais il ne peut le faire. Malheureusement nous, nous pouvons nous en séparer ! Nous pouvons retourner à nos rancunes, à nos griefs, à nos lamentations et murmures, piétinant ainsi la grâce de l'affection divine car le « Notre Père » l'exprime bien : « Pardonne-nous nos offenses de la même manière que nous pardonnons ceux qui nous ont offensés » (Matthieu 6.12).

J'ai le choix, soit je me laisse tellement aimer que je ne pourrai qu'aimer à mon tour, soit je me laisse envahir par l'aigreur qui va m'entraîner dans le puits sans fond du désespoir et de la solitude. Mon ami(e), baisse la garde, Il ne déçoit jamais, Il ne repousse jamais, Il n'abandonne jamais... Tu peux sans retenue tomber « amoureux(se) » de Jésus car Il te désire plus que tout...

Romains 15.7 - Accueillez-vous donc les uns les autres, comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

Quand j’enseignais sur l’évangélisation, j’avais expliqué aux étudiants le fonctionnement des conseillers en évangélisation mis en place dans notre communauté de l’époque. Cette équipe avait une triple charge. Premièrement, elle avait pour mission de « repérer » les nouvelles personnes qui venaient dans l'église locale pour les accueillir et prendre un premier contact, elle participait aussi à la prière quand il y avait un appel à la conversion et donnait les premiers conseils pour bien démarrer la vie chrétienne. Ensuite, elle organisait le travail de suivi par téléphone ou par visite pour que ces personnes puissent sentir qu'elles étaient accueillies et qu'elles n’étaient pas seulement des personnes de plus mais qu'elles avaient, chacune en particulier, leur propre valeur pour le Seigneur qui les aime d'un amour tellement intime et personnel. Enfin, cette équipe organisait et fonctionnait dans les projets ponctuels de l'église, comme la fête de la musique, les fêtes organisées dans notre ville, le chalet installé lors du marché de Noël et le travail de rue en général. N'oublions pas que Dieu nous envoie aussi hors de nos murs vers ceux qui ont tant besoin de cet accueil.

Les étudiants étaient très interpellés par cette manière de faire, sentant que bien souvent, dans les communautés, il y a la recherche de l'ami et une fraternité chrétienne relativement exclusive.

Mon propos ne va pas dans le sens d'un reproche, mais j'aimerais que nous soyons interpellés sur les besoins des perdus qui nous entourent. Allez vers eux c'est marcher sur les traces de Jésus qui est l'exemple suprême de l'amour... Si l'Église de Jésus-Christ ne va pas vers eux, ou ne les accueille pas comme il se doit, qui le fera ? Un bonjour, une écoute amicale et serviable peuvent avoir une telle portée spirituelle dans la vie des gens ! Combien d'entre eux sont des blessés de la vie qui ne cherchent finalement qu'un peu de compassion et qui, déçu de ne pas la trouver là où on prêche « l'amour » se retrouvent sans communauté à cause de ce manque de prise en considération... Merci de vous laisser interpeller par ces quelques mots et dans votre prochaine réunion, allez accueillir quelqu'un que vous ne connaissez pas « encore ».

Ezéchiel 37 Ministères © Novembre 2010

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________