Ensemble pour servir !

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Claudio et Betty Freidzon

Genèse 2.18 - Et l’Eternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide qui soit sa pareille. (BBA)

A l'heure où la notion même du couple est remise en question par notre société qui suggère que l'orientation sexuelle est une question de choix, de tendance et de psychologie, il nous a semblé bon de parler du couple selon ce que Dieu avait prévu dès le commencement, non pas pour débattre sur ce problème de société, mais pour encourager à trouver le meilleur de cette merveilleuse grâce que Dieu nous a faîte : ne plus être seul(e) ! Car il faut le dire, un grand nombre d'enfants de Dieu vivent en couple mais ce sentiment de vide que crée la solitude ne les a pas quittés. Il s'agit trop souvent de cohabitation « intéressée » plutôt que d'arriver au mystère de ne plus former qu'un, physiquement, émotionnellement et spirituellement. Nous espérons que cet article vous aidera et vous fera du bien.

Quand l'Eternel a créé la femme, issue du corps même de l'homme, c'était pour répondre à un besoin précis et clair. Le Seigneur faisait la constatation que l'homme en lui-même n'était pas complet et qu'aucune créature dans l'univers ne pouvait répondre à ce manque. Sa décision a été de créer une aide pour l'homme avec cette particularité : qu'elle lui soit semblable. Il n'a jamais été question dans la pensée de Dieu de créer une subordonnée ou une servante mais bien une personne qui soit son complément, son vis à vis et qui réponde à ses « lacunes ». Bien sûr que la Bible nous parle de soumission mais ne voyons pas dans ce terme une subordination mais plutôt un équilibre des responsabilités. La Bible dit que Jésus est pleinement soumis au Père, cependant nous pouvons affirmer qu'Il ne Lui est en rien inférieur (1 Corinthiens 15.27).

Bon nombre de jeunes cherchent « l'âme sœur » sans trop tenir compte de cette réalité : sera-t-elle ou sera-t-il mon complément ? Or, s'il est tout à fait normal humainement d'avoir des critères de choix pour se lier à un conjoint, celui-ci devrait venir en premier : ce conjoint sera-t-il la personne qui va me compléter ? L'attrait physique et émotionnel n'est pas suffisant, il faut l'attrait spirituel ! Si nous sommes en couple seulement un physiquement ou même émotionnellement, cela n'est pas suffisant. Voilà pourquoi la Bible encourage à baser notre relation sur une foi commune, mais non seulement la foi mais aussi la vision et l'appel. Si mon conjoint ne rentre pas dans mon appel, je serai frustré de toute évidence.

Dans le service de Dieu, il existe beaucoup de lacunes à ce sujet là. Combien de serviteurs fonctionnent seuls, leurs épouses étant complètement mises de côté. Je vous invite à relire tout ce qui concerne Priscille et Aquilas dans le Nouveau Testament car ils sont un bel exemple de comment devrait fonctionner un couple dans le service pour Dieu. La volonté de Dieu c'est d'arriver à ce que plus rien ne distingue l'un de l'autre parce qu'ils sont un. L'attachement dont parle l'Eternel dans Genèse 2.24 c'est cela : construire jour après jour ce un en aplanissant les divergences. Il n'est pas question d'annihiler les personnalités mais de les faire fondre ensemble, ce qui est une force spirituelle extraordinaire. La corde a trois fils « torsadés ensemble », le couple et Dieu, ne se rompt pas facilement (Ecclésiaste 4.12).

Pour être pratique, qu'est ce qui devrait changer ? Premièrement, les couples devraient passés du temps ensemble, quotidiennement, dans la prière et dans la lecture de la Parole. C'est effarant le nombre de couples chrétiens qui ne prient pas ensemble ! Il y a une telle richesse quand l'homme et la femme discutent ensemble des « choses » de Dieu. L'épanouissement spirituel ne devrait pas être envisagé d'une manière individuelle mais en couple.

Nous sommes tout à fait conscients qu'il existe des mariages où ce n'est pas possible parce que l'un des conjoints n'appartient pas au Seigneur ou parce qu'Il n'est pas sa priorité. Néanmoins, nous pouvons témoigner que la prière fervente d'intercession peut changer cet état de fait. Mais nous nous adressons ici à ceux qui professent Jésus comme leur Seigneur mais qui n'envisagent même pas que leur premier service, c'est de prendre soin spirituellement de leur conjoint. Avant de faire intervenir qui que ce soit d'extérieur, le mari devrait prier pour les besoins de son épouse et vice versa. Nous serons étonnés de voir comment la guérison se manifeste.

Deuxièmement, il devrait y avoir une recherche commune sur le « ministère » du couple car si nous sommes ensemble de par la volonté de Dieu, il y a une raison bien précise à cela. Nous avons aujourd'hui de beaux exemples de serviteurs qui servent ensemble mais ils ne sont malheureusement, encore qu'une minorité. Si Dieu m'envoie dans une communauté, c'est pour que je participe activement à la vision de cette communauté. De la même manière, si Dieu m'a donné un ou une partenaire, c'est parce qu'il ou elle est le complément idéal pour moi. Et pour ne pas être limitatif, l'épouse peut très bien être là pour aider son mari, mais l'inverse est aussi vrai, l'époux peut très bien être là pour que sa femme se réalise dans son appel. Finalement l'important est de toujours penser « ensemble » et non plus « moi, je ».

Troisièmement, et cela coule de source, les serviteurs et les servantes du Seigneur devraient « impliqués » leur conjoint dans l'exercice du ministère et prendre l'habitude de se compléter. Le don de l'un viendra compléter le don de l'autre. Ce serait d'un bénéfice évident si les hommes s'occupaient des hommes et les femmes des femmes même si après les cas rencontrés font l'objet d'un partage dans le couple. Il existe deux extrêmes qui dévoilent une anomalie ! Nous ne sommes pas là pour juger et nous sommes aussi conscients que Dieu ne limite pas sa bénédiction à cause de cela, mais il existe des dangers inhérents à ce phénomène. D'un côté, vous avez des hommes qui sont sur le « devant de la scène » et qui assument, à eux seuls, tout le ministère, l'épouse étant complètement absente ou reléguée à un rôle mineur. D'un autre côté, vous avez des servantes qui se sont complètement émancipées de la couverture spirituelle de leur mari, le reléguant lui aussi dans un rôle mineur ou le laissant à son propre fonctionnement.

Nous espérons que ces quelques éclaircissements feront prendre conscience aux jeunes qui sont encore célibataires l'enjeu qu'il y a derrière le choix d'un conjoint. La précipitation peut complètement fausser ta destinée et t'entraîner dans des années de souffrances et de solitude encore plus grande. Un dicton dit qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné, cela est tellement vrai dans le domaine du service pour Dieu. Pour t'aider à y voir clair, voici quelques questions que tu peux te poser : « La personne pour qui j'éprouve de l'attirance est-elle convertie vraiment ? Envisage-t-elle de servir Dieu ? Pouvons-nous passer des heures à discuter sur des sujets banals ou importants ? Suis-je fier(e) de cette personne ? Malgré nos différences, arrivons-nous à aplanir d'une manière spirituelle ce qui nous sépare ? Suis-je prêt(e) à l'accepter tel qu'elle est ou ai-je l'idée que je vais pouvoir la changer en une autre personne (1 Corinthiens 7.16) ? Ai-je découvert son talent, son appel et sa vision, me correspondent-ils et sont-ils complémentaires de mon talent, mon appel et ma vision ?... ».

Si cette osmose spirituelle n'est pas atteinte, il y aura toujours une possibilité pour l'ennemi de s'infiltrer dans ce manque légitime pour faire des dégâts considérables. Faisons nôtre cette promesse de Proverbes 18.22 : « Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; c’est une grâce qu’il obtient de l’Eternel ». Nous osons ajouter : celui qui trouve SA femme trouve le bonheur (et celle qui trouve SON mari aussi), parce que nous sommes convaincus qu'il existe, dans ce monde, une femme qui te corresponde vraiment, ou un mari qui soit le meilleur choix de Dieu pour toi ! Nous concluons par cette prière de Jésus : « Qu'il soit un comme nous sommes un » (Jean 17.22).

Que le Seigneur vous bénisse ! 

Ezéchiel 37 Ministères © Mars 2014

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________