Que Dieu me pardonne.

___________________________________________________________________________________________________________________________

1 Jean 3.9 - Celui qui est né de Dieu ne pratique pas le péché... il ne peut pécher...

Cet article est né dans mon cœur suite à une mauvaise compréhension, je pense, du péché dans la vie du chrétien. En lisant notre verset, il s'en suit un sérieux dilemme car vous constaterez que les chrétiens continuent de pécher ! Alors péché volontaire ou accidentel ? Ceux qui ont fauté dans la Parole de Dieu l'ont-ils fait volontairement ou accidentellement ? Il y a de quoi « paniquer »... le travail de culpabilité faisant son œuvre dans nos cœurs et nous éloignant de Celui qui ne se lasse jamais de faire grâce. Comment comprendre que Jean dans la même épître dit : « Si nous avons péché » (1 Jean 2.1), ce qui sous entend que c'est possible de pécher en étant de Dieu ? J'espère que cet article vous éclairera et vous apportera une aide précieuse pour vous relever et pour bénéficier pleinement de la grâce de Dieu pour votre vie !

Celui qui est né de Dieu, c'est notre homme spirituel. Il n'est pas né de la chair mais de la volonté de Dieu (Jean 1.13). Au moment de notre nouvelle naissance, Dieu fait naître en nous un « homme spirituel » né de l'Esprit. Cet homme est, comme le dit 1 Jean incapable de pécher. Mais, il n'anéantit pas l'homme charnel en nous qui lui, est porté vers le péché.

Paul explique dans ses épîtres en long et en large en quoi consiste ce « combat » entre l'homme charnel et l'homme spirituel. Plus mon homme spirituel prend l'ascendant et plus je vis dans la sainteté, à contrario plus mon homme charnel prend les rênes de ma vie et plus je m'enfonce dans l'impureté. Ce « combat » est un combat de chaque instant qui dure toute une vie. Chaque jour je suis confronté à choisir entre ce que mon homme spirituel veut faire et ce que veut faire ma chair, qui est incapable de se soumettre à Dieu. J'espère que jusque là vous me suivez ! Dieu qui connait parfaitement notre condition humaine, puisqu'Il a vécu dans une chair semblable à la nôtre en Jésus-Christ, est compatissant et le sacrifice de la croix nous garantit qu'Il est capable de nous pardonner TOUS nos péchés dans sa grâce. Cette grâce est-elle toujours active ? Oui, quand nous mettons notre foi dans le sacrifice de Jésus, nous sommes lavés, purifiés, pardonnés et rétablis dans notre relation avec le Père. Il n'existe qu'un seul obstacle, une seule raison pour que nous soyons privés de cette grâce active, c'est ce que nous allons voir.

Hébreux 12.15 - Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés.

Dans la parabole du « serviteur impitoyable » (Matthieu 18.23 à 35), Jésus nous enseigne un principe important : notre propre pardon est conditionné à notre capacité de pardonner ! En conclusion du « notre Père » Il dira : « Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses » (Matthieu 6.15). Le manque de pardon que peut provoquer l'amertume nous prive de la grâce de Dieu, nous prive de son pardon, nous prive même de notre liberté d'enfants de Dieu. Voilà pourquoi l'auteur de l'épître aux Hébreux nous avertit solennellement de veiller à ce que l'amertume ne fasse pas son chemin dans nos cœurs. Toutes nos faiblesses ne peuvent nous séparer de la grâce qui est en Jésus sauf si nous laissons ce mauvais sentiment s'emparer de nous. Le pardon n'est pas une chose aisée vous me direz et vous avez raison ! Voici quelques conseils pour vous aider.

Si nous comprenons bien la parabole de Matthieu 18, la première des choses qui peut nous aider, c'est de prendre conscience de l'immense pardon dont nous avons bénéficié. Le manque de pardon prend quelquefois racine dans un sentiment de propre justice où nous ne discernons pas tout l'amour, toute la patience et toute la compassion dont Dieu a usé envers nous. Nous sommes impitoyables envers « les cent deniers » alors que Dieu nous a « épongés » une dette de dix mille talents. Comprendre l'immensité de la grâce dont nous avons été les bénéficiaires nous conduira à user de cette même miséricorde envers ceux qui nous « blessent » et nous font du mal.

La deuxième des choses à comprendre, c'est que nous sommes les premières victimes de notre amertume. C'est notre cœur qu'elle ronge, c'est nous qui devenons insomniaques, fébriles ou dépressifs. Mes bien-aimés, faisons-nous du bien ! Renonçons à ce poison qui détruit même nos sentiments d'amour et nous rend incapables de recevoir l'amour.

La troisième des choses à comprendre, c'est que le choix de laisser tomber ses amertumes et de pardonner est une décision. A vue humaine, ce que Dieu nous demande, est de l'ordre de l'impossible et vous avez raison. Nous sommes incapables de pardonner et de guérir de nos nombreuses blessures infligées par les autres. Mais si Dieu nous le demande, c'est qu'Il fera le nécessaire pour que nous y arrivions. Le laisser nous libérer de ce mauvais sentiment et nous guérir de toutes nos blessures, relève d'une décision ferme en s'appuyant sur les promesses de sa Parole.

Mes bien-aimés, l'enjeu est important et essentiel. Dieu compatit pleinement à votre souffrance et Il est tout à fait capable de vous guérir et de vous restaurer. Ce qu'Il vous demande c'est de « lâcher les choses » pour vivre pleinement cette grâce qu'Il a déjà mise à votre disposition.

Que le Seigneur vous remplisse de sa paix et de sa joie. 

Ezéchiel 37 Ministères © Septembre 2013

Réactions...
 

Philippe - Merci chers frère et sœur en Jésus de ce message sur le pardon et l'amertume. Merci pour vos messages qui sont une lumière sur ma route.

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________