Aimer (Troisième partie)

___________________________________________________________________________________________________________________________

1 Corinthiens 13.5 - Quand on aime, on ne médite pas le mal et on ne le soupçonne pas chez les autres. Si on subit des torts, on n’en garde pas rancune.

Aimer recèle un pouvoir libérateur. Le mal perd son pouvoir destructeur et l'âme n'est plus tourmentée par la méfiance et la suspicion. Quand on agresse verbalement ou physiquement celui qui est plein d'amour, il absorbe le mal plutôt que de le renvoyer, ce qu'il renvoie c'est le bien. La malédiction est comme dissoute par l'amour et c'est la bénédiction qui triomphe. Je m'explique : une personne dit à une autre : « Je te déteste ». La tendance naturelle sera de réagir à cette agression par un : « Et moi je te hais ». Celui qui aime absorbe la souffrance que peut provoquer cette parole, il n'en garde aucune rancune, elle n'a pas la possibilité de faire son travail destructeur dans l'âme. L'action bénéfique qui va s'en suivre c'est un : « Pourtant moi je t'aime ».

L'exemple de Jésus sur la croix est magnifique, il y avait une telle haine orientée vers Lui, les instincts meurtriers de la foule étaient à leur paroxysme ; pourtant la seule réponse de Jésus face à tout ce mal a été : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font » (Luc 23.34). Evidemment cet amour là ne peut venir que du ciel, il a quelque chose de divin, mais Étienne a agit de la même manière envers ceux qui lui jetaient des pierres pour le tuer (Actes 7.60). 

1 Corinthiens 13.6 - Découvrir une injustice, ou voir commettre le mal, ne fait pas plaisir à celui qui aime. Il se place du côté de la vérité et se réjouit lorsqu’elle triomphe.

L'explosion des médias a banalisé la violence. Partout à la télé, à la radio, sur internet, dans les journaux, des images, des sons et des phrases chocs agressent notre âme. Finalement nous devenons blasés, laxistes et fatalistes et peu de choses provoquent encore notre émoi. Contrairement à l'idée reçue, l'amour n'est pas faible ; il est une force et une puissante énergie face à l'injustice et à la méchanceté. Celui qui aime se place du côté de la vérité, il est prêt à défendre les « faibles » même s'il faut monter aux créneaux pour cela. Vous me direz alors : « Mais Jésus nous a dit de tendre l'autre joue ». Oui, si nous sommes l'objet d'une attaque personnelle, Jésus nous a encouragés à démontrer l'amour en ne résistant pas à la violence par la violence. Mais Il nous fait aussi porteur de la lumière, de la vérité et de la justice. Face à notre société dépravée, dépourvue de moralité où l'injustice pénètre même dans « nos Temples », ne serait-il pas temps de commencer à renverser les tables et à chasser les « voleurs » comme Jésus l'a fait ? Il ne s'agit pas ici de se laisser gagner par la colère mais d'être rempli du zèle dévorant qui anime le cœur du Père envers les petits, les « faibles », les pauvres et les opprimés. J'aime beaucoup cette phrase de Jésus face aux attaques des bienpensants contre cette pauvre femme qui a versé le parfum sur la tête de Jésus : « Laissez-la tranquille. Pourquoi lui faites-vous de la peine ? Ce qu’elle a accompli pour moi est beau... Elle a fait ce qu’elle a pu » (Marc 14.6...8). Il y aura des gens sur notre route à qui nous devrons dire : « Laisse-le (la) tranquille » !

1 Corinthiens 13.7 - L’amour couvre tout : il souffre, endure et pardonne. Il sait passer par-dessus les fautes d’autrui

Nous avons déjà médité sur le pardon, le pardon est essentiel dans la vie chrétienne. Elle commence parce que nous sommes pardonnés, la prière ne peut être efficace que si nous pardonnons... L'Amour vrai est rempli du pardon même s'il doit souffrir et endurer. Proverbes 10.12 dit que l'amour couvre toutes les fautes.

Comment réagissons-nous face aux travers, aux fautes, aux défauts des autres ? Sommes-nous du genre à voir la paille dans l'œil des autres ou la poutre dans le nôtre ? Couvrir la faute, ce n'est pas devenir complice du mal, non ! C'est savoir se taire et prier, encourager les bons aspects d'une personne, passez sous silence les reproches et les critiques... L'amour de Dieu te couvre de sa grâce au travers du sacrifice de Jésus. Il te voit saint et pur parce que tu es couvert. A ses yeux tu n'es plus un pauvre pécheur, si du moins tu as donné ta vie à Jésus. Si nous sommes l'objet d'une telle grâce c'est pour qu'à notre tour nous voyons les autres couverts par la grâce de Dieu comme ce cantique le dit : « Je t'aime de l'amour du Seigneur, car je vois en toi la gloire de mon Roi ». Nous n'aiderons personne avec nos critiques que nous disons « positives », encore moins si nous médisons et portons des paroles de condamnation sur ces personnes. Par contre, nous serons une vraie bénédiction pour elle si devant Dieu nous les couvrons de notre amour.

1 Corinthiens 13.7 - Aimer, c’est faire confiance à l’autre et attendre le meilleur de lui, c’est espérer sans faiblir, sans jamais abandonner.

Nous sommes tous amenés un jour à être découragés. Nous plaçons parfois la barre haute dans nos attentes envers l'autre et bien souvent, nous nous rendons compte qu'il ne peut les atteindre ce qui provoque un certain désarroi. Aimer dépasse ce stade de déception pour nous pousser jusqu'au bout des choses.

Cette partie de verset nous montre la voie de l'encouragement : Ne jamais « désespérer » d'une situation ou d'une personne. Tous les êtres humains ont besoin que l'on « croit » en eux, moi en premier. Pour « tirer » le meilleur d'une personne, il faut savoir démontrer que nous sommes derrière elle et qu'elle pourra toujours compter sur notre soutien. Malheureusement nous jetons trop souvent l'éponge en hochant la tête, pire nous déclarons des malédictions du style : « Il ne changera jamais ».

J'aime beaucoup l'exemple de Jésus qui a pris pour disciples des hommes imparfaits, plein de défauts et peu enclin à la réussite. Mais Il a usé de tellement de patience, de tact et de persévérance que finalement ces hommes ont bouleversé le monde entier en propageant la pensée et le message du Seigneur... Probablement que nous aurions pris avec nous des hommes « prédisposés » mais Jésus n'a pas agi ainsi et Il a fait le bon choix.

1 Corinthiens 13.7 - C’est savoir tout porter, tout surmonter.

Petit à petit, nous nous approchons de la fin de nos articles sur l'amour. Nous avons commencé par la patience, souffrante et persévérante, et en première conclusion notre verset parle de tout porter et de tout surmonter.

La vie est une adversité, nous le savons, et cet idéal semble bien irréalisable. Comment pouvoir tout subir, gravir les montagnes et porter les maux sans se décourager, se lamenter et finalement comme un être humain normal envoyer tout promener ? Oui mais... l'Amour que Dieu nous communique est bien supérieur à la norme humaine, il est une puissance énorme capable de balayer nos faiblesses, nos manquements et nos doutes. Seule une force surnaturelle peut nous propulser dans cette dimension de vainqueur. Vainqueur sur le Mal, la méchanceté, la médisance et tout son flot de venin. Cette « force », c'est le Saint-Esprit qui nous libère de notre condition humaine pour nous élever dans notre identité divine. Quand nous connaissons le Saint-Esprit, nous réalisons qu'Il est tout à fait capable de produire cela en nous. Bien plus qu'une contrainte, une obligation, le Seigneur nous donne une promesse : « Si tu te laisses envahir par l'amour que mon Esprit déverse dans ton cœur (Romains 5.5), tu seras capable de tout porter et de tout surmonter ». Tout ce que nous avons évoqué sur l'amour est « de Dieu », et il prend deux directions, l'amour envers Lui, le Père et là nous y recevons l'amour que le Père a pour les êtres humains.

1 Corinthiens 13.8 - L’amour est éternel.

Quelle belle conclusion ! Vous êtes-vous déjà demandé à quoi servait ce que vous êtes en train de faire ? Le travail, par exemple, est une chose nécessaire pour vivre et pour prendre sa place dans la société mais il y a probablement peu de choses éternelles dans ce que nous fabriquons, vendons ou inventons.

J'aime à dire que les seules choses que nous prendrons au delà de la mort, ce sont nos gestes d'amour. L'amour étant éternel, tout ce que je fais par amour passera à travers la mort pour me suivre dans le paradis de Dieu. Je ne perds jamais mon temps quand je manifeste l'amour, je ne fais rien de vain, au contraire, j'investis dans le Royaume de Dieu. Ce n'est pas mes gestes d'amour qui vont me sauver et m'ouvrir le ciel, parce que le salut ne s'obtient seulement que par la foi en Jésus-Christ, mais à chaque fois que j'ai compassion, que j'encourage, que je réconforte, que je protège, que J'AIME... J'accomplis la volonté profonde du Créateur de l'univers. A contrario, chaque fois que je n'aime pas, que je blesse, que je prononce des paroles dures et que je suis insensible, j'attriste profondément l'Esprit de Dieu et je ruine le but de ma vie.

Quand je me présenterai devant mon Créateur avec le bilan de ma vie, que vais-je Lui montrer ? J'ai fais ceci, cela, des œuvres, des missions, des miracles... Où dirais-je simplement : « J'ai essayé de partager autour de moi le si grand amour que Tu as eu envers moi ? ». Jésus a dit qu'il y a plusieurs demeures au ciel, et si les plus belles étaient pour les plus aimants

Ezéchiel 37 Ministères © Mai 2010

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 
 

 

RETOUR A L'INDEX

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 
 
 
Merci beaucoup pour votre soutien...

 

 

 
___________________________________________